CNRS IN2P3 AIX MARSEILLE UNIVERSITÉ OCEVU
Dimanche, 25 Jun 2017
LE CPPM STAGES
EMPLOIS
ENSEIGNEMENT
THESES-HDR

PROJETS
SCIENTIFIQUES

COMPÉTENCES
TECHNIQUES
PLATEFORMES
EQUIPEMENTS
INTERDISCIPLINARITE
VALORISATION
COMMUNICATION
DOCUMENTATION
TUTELLES
PARTENAIRES
Projets scientifiques
Physique des particules
Atlas
D0
H1
LHCb
SuperNEMO
Astroparticules
Antares
KM3NeT
HESS/CTA
SVOM
Cosmologie
RENOIR
Interdisciplinarité
imXgam
Grille de calcul

L’observation des oscillations des neutrinos, à l’aide de neutrinos solaires, atmosphériques ou avec les neutrinos des centrales nucléaires, a démontré que le neutrino est une particule massive. Ce résultat qui va au-delà du modèle Standard de la physique des particules a crée un regain d’intérêt pour l’étude de la Désintégration Double Beta sans neutrino (car cette décroissance radioactive est le seul test expérimental permettant de connaitre la nature intrinsèque du neutrino ( Dirac ou Majorana) et déterminer ainsi si elle est identique ou non a son antiparticule. Les expériences de double désintégration sans beta offrent par ailleurs la possibilité de déterminer deux autres grandeurs fondamentales en physique du neutrino, leur échelle absolue de masse et leur hiérarchie.

SuperNEMO est un projet d’expérience dont le but est d’étudier la double désintégration beta sans neutrinos avec une sensibilité de 0.05 eV sur la masse effective. Il bénéficie de l’expérience des précédents détecteurs NEMO I, II et III (Neutrino Ettore Majorana Observatory) (http://nemo.in2p3.fr/supernemo/) et regroupe plusieurs laboratoires de France, UK, Ukraine, USA, Slovaquie et Japon. Le détecteur SuperNEMO qui utilise une technique traco-calorimétrique pour mieux signer le processus , sera constitué de 20 modules permettant d’étudier jusqu’à 100 kg d’émetteur.

Dans la phase de design et construction du détecteur, le groupe SuperNEMO du CPPM a concentré sa participation au projet dans le domaine de la radio-purification du gaz de détection contre la présence de traces de Radon. Le bruit de fond induit par le radon dans le détecteur est l’un des plus dangereux pour ce type d’expérience et sa concentration ne doit pas dépasser 100 noyaux par m3. Dans le cadre de la collaboration superNEMO nous sommes ainsi en charge du développement de nouveaux matériaux plus performants en mieux adaptés au gaz de détection adsorbants des gaz radioactifs. Nous travaillions également sur la caractérisation des techniques de détection du Radon et son optimisation.

Contact : Jose Busto

Zoom
Zoom
Zoom
ESPACE CPPM RECHERCHER ACCUEIL PLAN DU SITE ENGLISH VERSION WEBMESTRE
C.P.P.M - 163, avenue de Luminy - Case 902 - 13288 Marseille cedex 09 - Téléphone : (33) 04 91 82 72 00 - Télécopie : (33) 04 91 82 72 99