Stages


Le CPPM accueille chaque année plus d’une dizaine de stagiaires répartis dans les différentes équipes de recherche du laboratoire. Les stages proposés par le laboratoire peuvent être de plusieurs natures :

  • Stages de physique de niveau licence/master : ils sont spontanés ou obligatoires et s’adressent aux étudiants de niveau Licence et Master ayant suivi une formation de physique. Des offres précises sont déposées par les différents équipes de recherche en cours d’année.
  • Stages techniques (BTS, IUT, Ingénieur) : ils font en général partie de votre cursus scolaire. Des offres précises sont déposées par les différents équipes et services en cours d’année.
  • Stages de collégiens/lycéens : nous accueillons les élèves du secondaire pour des stages d’observation pendant des périodes bien définies.

Pour candidater, aux stages de physique ou aux stages techniques, vous devez joindre à votre dossier de candidature un CV, une lettre de motivation ainsi que votre dernier relevé de notes (relevé de notes de l'année précédente ou celui du dernier semestre de l'année en cours s'il est à votre disposition). Pour les stages de Master, des lettres de recommandations de vos professeurs ou anciens encadrants de stage pourront vous être demandées.

Quelle que soit la nature de votre stage, une réponse favorable d’un personnel de notre laboratoire ne vous octroiera pas l'obtention du stage au CPPM. En effet, seuls, l'accord de la direction du CPPM et l'établissement d'une convention, seront les deux conditions pour formaliser l'accueil au CPPM en tant que stagiaire.

Contacts : William Gillard (stages de physique), Frédéric Hachon (stages techniques), Jocelyne Munoz (partie administrative)

Stages M2


Atlas
Exploring the low mass regime with the ATLAS detector at the LHC
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Lorenzo Feligioni - 04 91 82 76 21 - lorenzo@in2p3.fr , Aoife Bharucha - 04 91 26 95 28 - aoife.bharucha@cpt.univ-mrs.fr
Description :

The predictivity of the Standard Model (SM) of particle physics remains unchallenged by experimental results. After the tantalizing discovery of the Higgs boson at LHC, the measurements of properties such as its mass, spin, parity and its couplings with other SM particles have confirmed its SM-like nature. This goes hand in hand with the absence of direct signs of TeV physics beyond the SM from current direct searches.

Indeed, the excellent performance of the LHC in terms of delivered luminosity allowed the ATLAS and CMS experiments to set stringent limits on new particle masses well beyond the EW scale, thus worsening the naturalness problem. If the new physics scale lies well above the present experimentally probed energies, one would be left with the only experimental perspective of searching for deviations within the LHC precision measurements, and with no solid theoretical explanation of why the new physics should be so unnaturally heavy. There is, however, another logical possibility: new physics may be hidden at lower energies although weakly coupled to the SM known particles, so that its signals could be swamped in the SM background.

To process the enormous amount of data provided by the LHC, ATLAS uses an advanced “trigger” system to tell the detector which events to record and which to ignore. The ATLAS trigger is a two-level system composed of the first level, Level 1 (Level-1) trigger implemented in custom hardware, and High Level Trigger (HLT) which relies on selections made by algorithms implemented in software. The trigger is designed in such a way that an initial rate of collisions of 40 MHz is decreased to about 100 kHz after L1 and further decreased to 3 kHz at the HLT. This is a harsh limit on the possibility of recording low energetic events, swamped by high rate background, where signal of new physics could be hidden.

The Phase-I ATLAS Level-1 calorimeter trigger consists of a series of upgrades in order to face the challenges posed by the Run 3 LHC luminosity. The trigger upgrade benefits from new front-end electronics for parts of the calorimeter that provide the trigger system with digital data with a tenfold increase in granularity. This makes possible the implementation of more efficient algorithms to maintain the low trigger thresholds at much harsher LHC collision conditions.


The candidate will work on the analysis of the LHC data recorded in 2022 and 2023 to assess the quality of the data recorded by the upgraded ATLAS calorimeter system. A work on phenomenological aspects, aimed at characterizing the relevant BSM models that can produce low mass signatures is also foreseen.


Mots clefs :
Physique des particules
Code :
M2-2223-AT-05
Development of Artificial Intelligence algorithms applied to hardware processing units based on FPGAs for the phase II upgrade of the ATLAS liquid Argon Calorimeter.
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Georges Aad - aad@cern.ch
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

The data acquisition and trigger electronics of the ATLAS liquid argon calorimeter will be fully replaced as part of the second phase of upgrade of the ATLAS detector. The new backend electronics will be based on high-end FPGAs that will compute on-the-fly the energy deposited in the calorimeter before sending it to the trigger and data acquisition systems. New state-of-the-art algorithms, based on neural networks, are being developed to compute the energy and improve its resolution in the harsh conditions of the HL-LHC.


The candidate is expected to take a role in the development of data processing algorithms allowing to efficiently compute the energies deposited in the LAr calorimeters in the high pileup conditions expected at the HL-LHC. These algorithms will be based on AI techniques such as recurrent neural networks will be adapted to fit on hardware processing units based on high-end FPGAs. The successful candidate will be responsible of designing the AI algorithms, using python and keras, and assessing their performance. The candidate will also assess the effect of employing such algorithms for electromagnetic object reconstruction (especially at trigger level). She/he will work closely with the engineers designing the electronic cards at CPPM in order to adapt the AI algorithm to the specifics of FPGAs. Candidates with a strong interest for hardware will be encouraged to take part in the design of the firmware to program the FPGAs.

Prior knowledge of keras, python and C++ is desirable but not mandatory.


Mots clefs :
Physique des particules
Code :
M2-2223-AT-03
Electron reconstruction efficiency measurement with the ATLAS detector
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Grigore TARNA - tarna@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

ATLAS is one of the four main detectors at the Large Hadron Collider (LHC) and one of the two general-purpose detectors. It has a cylindrical symmetry that covers almost the entire solid angle and the onion-like layers of sub-detectors allow for unambiguous reconstruction of the final state objects from the high energy collisions.


Electrons are fundamental objects that are reconstructed and identified by the ATLAS detector. They are reconstructed from tracks in the inner detector and matching energy deposits in the electromagnetic calorimeter. Ensuring high electron reconstruction efficiency is crucial for the ATLAS physics programs. Therefore, assessing the performance of the electron reconstruction is very important. Additionally, measuring the electron reconstruction efficiency in both data and Monte Carlo (MC) simulations allows deriving correction factors (or Scale Factors) that are used throughout the ATLAS physics analyses to correct the electron reconstruction efficiency in MC simulations to the efficiency observed in data.


The candidate will work closely with the e/gamma team on performing the measurement of electron reconstruction efficiency with the freshly collected data in 2022 and early 2023. Besides the performance assessment, the selected candidate will work on the optimization of the existing code that performs the measurement, as well as work on improving the systematic uncertainties of the measurement.


Good command of Python and C++ programming languages would be an advantage but their prior knowledge is not mandatory.


Mots clefs :
Physique des particules
Code :
M2-2223-AT-04
b-quark identification with the ATLAS detector at HL-LHC
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Thomas Strebler - +33 4 91 82 72 52 - strebler@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

The ATLAS (http://atlas.cern) and CMS collaborations at the LHC have celebrated this year the 10th anniversary of the Higgs boson discovery, which led to a Nobel Prize for F. Englert and P. Higgs in 2013. LHC has started this year its new Run 3 data-taking period, which will allow to collect a lot of new data, in order to better characterize the Higgs boson and to possibly find evidences of new physics beyond the Standard Model. However, in order to increase by a factor 100 the amount of useful data we already have, the LHC and its detectors will be upgraded for the High-Luminosity phase of LHC (HL-LHC, 2029-2040). The ATLAS group at CPPM, building on its previous expertise, is developing a new pixel detector and the corresponding reconstruction algorithms to this end.


This high-tech detector plays a fundamental role to measure the trajectories of charged particles and to identify jets of particles stemming from the hadronization of bottom quarks. This ability, also known as b-tagging, is instrumental to the success of the ATLAS and LHC physics program and has played a major role in the past observation of the associated production mode of a Higgs boson with top quarks and in the search for the production of a pair of Higgs bosons. Recent b-tagging algorithms based on Deep-Learning techniques have already demonstrated sizeable improvements with the current Run 3 ATLAS detector and are therefore investigated also for HL-LHC.


The student will use detailed Monte-Carlo simulations to assess the b-tagging performance associated with the most recent detector simulation and investigate potential improvements for those. The project provides an opportunity for the student to get an exposure to a broad spectrum of topics: LHC physics notably the Higgs sector; basics of silicon detectors, track-finding and pattern-recognition; b-tagging algorithms based on Deep-Learning techniques. The project requires the use of existing analysis frameworks and plotting scripts, mostly based on Python. The prior knowledge of this language is desirable but not mandatory.


Mots clefs :
Physique des particules
Code :
M2-2223-AT-01
Belle II
Search for tau lepton flavour violating decays at Belle II using Graph Neural Network
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Justine Serrano & Giampiero Mancinelli - serrano@cppm.in2p3.fr giampi@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

Being forbidden in the Standard Model (SM) of particle physics,lepton flavor violating decays are among the most powerful

probes to search for physics beyond the SM. In view of the recent anomalies seen by LHCb on tests of lepton flavor

universality in bs b \to s \ell \ell and bc ellν b \to c\ ell \nu processes, the interest of tau lepton flavor violating

decays has been greatly reinforced. In particular, several new physics models predict branching

fractions of τV0 \tau \to \ell V^{0} and τ \tau \to \ell \ell \ell just below the current experimental limits.

The Belle II experiment located at KEK, Japan, has started the physics data taking in 2019, and is aiming at

50 times more data than its predecessor. Thanks to its clean environment and high τ+τ \tau^+ \tau^- cross section,

it provides an ideal environment to study tau decays. The CPPM group searches for lepton flavour violating τ \tau decays,

such as τ±±V0 \tau^{\pm} \to \ell^{\pm} V^{0} or τ±±± \tau^{\pm} \to \ell^{\pm} \ell^{\mp} \ell^{\pm} , with V0 being a neutral vector meson and

± \ell^{\pm} an electron or muon.

The goal of this internship is to develop and use a Graph Neural Network (GNN) to reject background events.

Other architectures and implementations could be studied as well. The candidate will prepare data for training samples,

get familiar with the GNN, assess its performances and explore various formulation of the problem and different architectures.

The final objective is to use the GNN in the analyses of the channels studied in the group.

This internship can be continued with a PhD thesis.

Application including a CV, grade records and a motivation statement should be sent to giampi@cppm.in2p3.fr and serrano@cppm.in2p3.fr.


References:

https://arxiv.org/abs/1808.10567

https://hflav-eos.web.cern.ch/hflav-eos/tau/spring-2017/lfv-limits-plot.html

https://arxiv.org/abs/1903.11517

https://arxiv.org/pdf/1806.05689.pdf

https://arxiv.org/abs/2208.14924


Mots clefs :
Physique des particules
Code :
M2-2223-BE-01
HESS-CTA
Application of Convolutional Neural Network innovative reconstruction to real data of the Large-Sized Telescope of CTA
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Franca Cassol & Rubén Lopéz Coto - 0491827248 - cassol@cppm.in2p3.fr
Description :

The CTA (Cherenkov Telescope Array) is a worldwide project to construct the next generation ground based very high energy gamma ray instrument [1]-[2]. CTA will use tens of Imaging Air Cherenkov Telescopes (IACT) of three different sizes (mirror diameter of 4 m, 12 m and 23 m) deployed on two sites, one on each hemisphere (La Palma on the Canary Islands and Paranal in Chile). CTA will detect gamma-rays with energy ranging from 20 GeV up to 300 TeV by imaging the Cherenkov light emitted from the charge particle shower produced by the interaction of the primary gamma ray in the upper atmosphere.


The CTA unconventional capabilities will address some of the most intriguing questions of astroparticle physics such as the origin of very high energy galactic cosmic rays. The observatory completion is foreseen in 2025 but the first large size telescope (LST1) is already installed and taking data in La Palma. This telescope has a key role in the definition and validation of the methods and software tools for the future observatory.


This internship concerns the reconstruction of LST1 data by the use of innovative convolution neural network methods (CNN). Standard IACT event reconstruction is based on parametrization of the shower images and on machine learning algorithms trained with these parameters, for the estimation of the energy, the direction and the gammaness (the probability to be a gamma) of the primary particles [3]. Recently, several innovative reconstructions based on CNN have been developed in the context of CTA and of LST1 in particular [3]. Till now, these methods have been tested only on Monte Carlo simulated data. The goal of the internship is to verify their performance on data coming from real observations. The student will first make use of the newly proposed CNN methods to access their performance on simulated observations of the Crab Nebula (the standard candle of gamma-ray astronomy). Then, she/he will apply the same methods to Crab real data taken during the present LST1 commissioning phase.


The candidate needs a medium knowledge of the python programming language.


The internship will be in co-supervision with Dr. Rubén López Coto from the University of Padova (Italy). Candidates should send their CV and motivation letter as well as grades (Licence, M1 as well as their M2 if available) to cassol@cppm.in2p3.fr


A PhD contract can eventually follow the internship.


References:

[1] Science with the Cherenkov Telescope Array: https://arxiv.org/abs/1709.07997

[2] https://www.cta-observatory.org/

[3] Lopéz-Coto, R. et al. Physics Performance of the Large-Sized Telescope prototype of the Cherenkov Telescope Array, Proceeding of 37th International Cosmic Ray Conference (ICRC 2021)

[4] Grespan, P. et al., Deep-learning-driven event reconstruction applied to simulated data from a single Large-Sized Telescope of CTA, Proceeding of 37th International Cosmic Ray Conference (ICRC 2021)


Mots clefs :
Astroparticules
Code :
M2-2122-CT-01
KM3NeT
Application des techniques d'apprentissage automatique à l'analyse des données du détecteur de neutrinos des grands fonds KM3NeT/ORCA.
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Paschal Coyle - 04918273 - coyle@cppm.in2p3.fr
Description :

KM3NeT/ORCA (Oscillation Research with Cosmics in the Abyss) est un

télescope à neutrinos actuellement en construction à une profondeur de 2500m dans le Mer Méditerranée au large de Toulon. ORCA est optimisé pour la détection de

neutrinos atmosphériques de faible énergie (3-100 GeV) et permettra des études de précision des propriétés d'oscillation des neutrinos. ORCA fait partie de l'infrastructure de recherche multi-sites KM3NeT, qui intègre également un deuxième réseau de télescopes (en Sicile) optimisé pour la détection des neutrinos cosmiques de haute énergie.


Les premières lignes de détection ORCA fonctionnent depuis plus d'un an et fournissent des données de haute qualité. Au cours de cette stage, l'étudiant appliquera des techniques d'apprentissage automatique à l'analyse des données dans le but d'améliorer les résolutions angulaires et énergié des algorithmes de reconstruction d'événements actuels. Il est prévu que le candidat suive cette stage avec un doctorat sur la mesure des paramètres d'oscillation des neutrinos.


Links:

http://antares.in2p3.fr

http://www.km3net.org

http://www.cppm.in2p3.fr/rubrique.php3?id_rubrique=259


Mots clefs :
Astroparticules
Code :
M2-2122-KM-01
Recherche de neutrinos provenant de blazars avec le telescope KM3NeT
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Damien Dornic - 4091827682 - dornic@cppm.in2p3.fr
Description :

Doing neutrino astronomy is a long quest in astroparticle physics. IceCube and ANTARES have found the first evidences of a few neutrino sources, mainly related to blazars (active galactic nuclei with their jets posting toward the Earth) and tidal disruption events. Most of those explosive events can release enormous amounts of energy both in electromagnetic radiation and in non-electromagnetic forms such as neutrinos and gravitational waves. This is at the basis of multi-messenger astronomy.


KM3NeT, the second generation neutrino detectors in the Mediterranean Sea, is in construction. It is taking data with a sensitivity much larger than ANTARES in the whole energy range, from GeV to PeV thanks to the complementarity of the 2 detectors: ORCA and ARCA. Already with the 30-40 detection units in operation, KM3NeT has significant better performances, either in term of effective area or in term of angular resolution.


In CPPM, we are mainly working on the implementation of multi-messenger analyses with high-energy neutrinos detected with ANTARES and KM3NeT neutrino telescopes. In this context, we are developing an analysis framework that is able to receive and process a time and spatial correlation analysis with high-energy neutrinos in coincidence with selected potential external triggers. Those analyses can be performed in real-time or offline including the most refined knowledge of the detector. In the last years, IceCube has provided alerts from selected high-energy neutrinos, and for some of them, a bright blazar has been located in the error box of the neutrino and found in active state with concomitant multi-wavelength observations.


During this internship, the student will perform an optimised analysis of the KM3NeT data for those interesting associations. It consists of the development of a neutrino selection based on the outputs of the event reconstructions and the event topology classifiers. This selection can be made with machine learning tools. After the event selection, the student will implement the correlation analysis.


This internship can be continued with a PhD in our group on the multi-messenger analyses with KM3NeT.


The analyses will be performed using C++ or python.


Mots clefs :
Astroparticules
Code :
M2-2223-KM-01
Search for sterile neutrinos with the KM3NeT/ORCA detector
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Jürgen Brunner - 0491827249 - brunner@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

KM3NeT/ORCA (Oscillation Research with Cosmics in the Abyss) is a deep sea neutrino telescope currently under construction at a depth of 2500m in the Mediterranean Sea off the coast of Toulon. ORCA is optimised for the detection of atmospheric neutrinos in the energy range 3-100 GeV and will allow precision studies of neutrino properties. Currently the detector takes data with 11 detection strings hosting more than 6000 photomultiplier tubes.


During this internship at the Centre de Physique des Particules de Marseille, the student will analyse data taking with the ORCA detector in the period 2020 to 2022. The goal is to obtain detector response functions for neutrinos in the relevant energy range and to derive sensitivities for the observation of sterile neutrinos. Software tools which have been developed at CPPM will be used.

Links:

http://www.km3net.org

http://www.cppm.in2p3.f/rubrique.php3?id_rubrique=259


Mots clefs :
Physique des particules
Code :
M2-2223-KM-02
Machine Learning Assisted Neutrino Flavour Tagging
Voir détails Cacher détails
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

The Neutrino Team at CPPM is strongly involved in the KM3NeT/ORCA neutrino telescope, under construction in the abyss (-2500m) of the Mediterranean sea, 40km offshore Toulon. The first detection units that have been deployed are successfully collecting data. The detector is now large enough to access yet unexplored physics territories. A very exciting topic is the search for tau neutrinos appearing in the neutrino flux created in the collisions of cosmic rays in the atmosphere. The appearance probability is poorly known and KM3NeT/ORCA has a unique potential to measure it. Such measurements could lead to a major discovery regarding the existence of sterile neutrinos.

One of the keystones for these studies is the tag of the neutrino flavours (electron, muon, or tau); hence, in this project, the student will develop Machine Learning algorithms to perform this kind of identifications. The expected skills are to master the basics of neutrino oscillation and to program in python, c++, ROOT.


Mots clefs :
Astroparticules
Code :
M2-2122-KM-03
Implementation d'un module de sélection des neutrinos basé sur des méthodes d'apprentissage dans le cadre des analyses online de KM3NeT
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Damien Dornic / Feifei Huang - 0491827682 - dornic@cppm.in2p3.fr , feifei.huang@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

Doing neutrino astronomy is a long dream in astroparticle physics. IceCube and ANTARES have found the first evidences of a few neutrino sources, mainly related to blazars (active galactic nuclei with their jets posting toward the Earth) and tidal disruption events. For most of those explosive events can release enormous amounts of energy both in electromagnetic radiation and in non-electromagnetic forms such as neutrinos and gravitational waves. This is at the basis of multi-messenger astronomy. KM3NeT, the second generation neutrino detectors in the Mediterranean Sea, will have significant better performances, either in term of effective area or in term of angular resolution.


In CPPM, we are mainly working on the development of multi-messenger analyses with high-energy neutrinos detected with ANTARES and KM3NeT neutrino telescopes. In this context, we are developing a real-time analysis framework that is able to send neutrino alerts and to receive and process a cross-match analysis with high-energy neutrinos in coincidence with selected potential external triggers.


During this intern ship, the student will implement a neutrino selection module that takes in inputs the reconstructed and classified neutrino streams. To reach a sustainable false alert rate (1-2 per month), It will be necessary to filter on the topology of the events, the multiplicity, the energy and the estimate of the reconstruction error. The student will have to implement such module based on machine learning tool.


The analyses will be performed using C++ or python.


Mots clefs :
Astroparticules
Code :
M2-2122-KM-02
Design of a new experimental technique to measure the fundamental properties of neutrinos
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

Description


Deadline to apply: December 30th


Scientific Context


According to modern physics, matter should not have emerged from the Big Bang and its origin remains one of the most profound riddles in fundamental physics. The heart of this mystery is the CP symmetry, i.e. the fact that the laws of physics are the same for matter and anti-matter. During the Big Bang, this symmetry should have maintained particles and anti-particles in equal quantities while they were gradually annihilating each other leaving, at the end, nothing but pure energy. The existence of matter thus requires the CP symmetry to be violated, which is one of the so-called Sakharov conditions (Sakharov, 1967).

The works awarded by the 2015 Nobel Prize imply that neutrino physics can break this symmetry via a quantum phenomenon called neutrino oscillations. Neutrinos can be produced in three types – or flavors – the electron neutrino ( νe \nu_{e} ), the muon neutrino ( νμ \nu_{\mu} ) and the tau neutrino ( ντ \nu_{\tau} ). Experimental evidence showed that the flavor of neutrinos oscillates when they propagate. In theory, this oscillation can be different for neutrinos and anti-neutrinos which would break the CP symmetry. Discovering such an effect would be a major breakthrough in fundamental physics. Intense experimental efforts (Acciarri at al., 2015; Abe et al., 2018) are thus ongoing worldwide to study the neutrino oscillations. However, the experimental techniques used so far are reaching their limits (Branca, et al., 2021). New techniques are thus urgently needed. The goal of this Master 2 project is to design such a new technique: the neutrino tagging (Perrin-Terrin, 2022).


Neutrino Tagging

At accelerator-based experiments, neutrinos are produced by colliding protons on a target. These collisions produce secondary particles, in particular, π+ \pi^+ and π \pi^- , which decay as π+μ+νμ \pi^+ \to \mu^+ \nu_\mu and πμνˉμ \pi^- \to \mu^- \bar\nu_\mu and so produce a νμ \nu_\mu and anti-νμ \nu_\mu beam. The optimal propagation distance to observe the neutrino oscillations depends on the neutrino energy and ranges between 100~km to 1000~km. A neutrino detector consisting of an instrumented target is installed at this distance to measure the neutrino flavor and energy. Conventionally, the neutrino characteristics are measured from their interaction in a densely instrumented detector, as shown in Fig 1-(left). The complexity of the interaction mechanisms induces strong limitations on the precisions of the energy measurements.


![Experimental Setup](https://www.cppm.in2p3.fr/~mperrint/Tagging/tagging.svg)


The tagging technique (Perrin-Terrin, 2022) proposes to determine the neutrino characteristics using the production mechanisms, as shown in Fig 1-(right). These mechanisms, the πμν \pi \to \mu \nu decays, are extremely simple processes. Hence, once the π \pi and μ \mu characteristics (time, momentum, charge: t,p,±) are measured, a simple kinematical relation allows to derive precisely the neutrino characteristics. For example, while the precision of the neutrino energy measurement based on the interaction plateaus at about 15%, the one of the tagging can easily reach 1%. In these conditions, the only task left to the neutrino detector is to identify the flavor of the neutrino after propagation. These relaxed requirements allow to use seawater neutrino detectors such as KM3NeT/ORCA (Adrian-Martinez et al., 2016) under construction at a depth of 2450~m offshore Toulon. These detectors are extremely large (several Mton) which increases the probability for neutrinos to interact in them. The key element of the technique is the tagger, i.e. the detector based on which the neutrino properties are estimated. The tagger will be composed of several planes of cutting-edge high time precision silicon pixel detectors (Lai, 2018) able to sustain the extremely high rate of particles in the beam line: 1012 per second! A proof-of-concept of this technique is being performed using the NA62 experiment (Cortina Gil at al., 2017) at CERN as a miniature neutrino experiment (Martino, 2022).


Objectives of the Project

The project aims to co-design the detector layout (time resolution, number of planes and location etc.) and the algorithms to estimate the neutrino characteristics. Achieving this objective will require to:

  • design a statistical model describing the physical setup,
  • develop a simulation of the detector,
  • calculate the optimal performance bounds,
  • optimize the detector setup based on the calculated bounds,
  • test/apply the model and bounds to NA62.


Working Environment

The student will be based at IM2NP, located at the La Garde campus in Toulon, or/and at CPPM located in the Luminy campus in Marseille, at the entrance of the Parc National des Calanques. Both places are located near remarkable natural sites and offer pleasant working and living conditions.


The student will integrate the Signal And Tracking (STr) Team of IM2NP and the Neutrino team of CPPM. The STr team is composed of ~10 people who are specialized in applied statistics and signal processing for different domains (astrophysics, optics, RADAR, SONAR, LIFI, etc. (Roueff, Arnaubec, Dubois-Fernandez, Refregier, 2011; Roueff, et al., 2020; Roueff, Roux, Réfrégier, 2009)). The team at CPPM is composed of ~30 people, researchers, postdocs, PhD students, engineers and technicians with a large panel of skills and working on the construction and exploitation of the KM3NeT detectors. A PhD student is also working on the proof-of-principle of the neutrino tagging technique at NA62.


The student will be involved in a dynamic international team. The project will be developed in close collaboration with CERN. Indeed, the tagger studied in this project is meant to be installed in the neutrino beam line that CERN has started to study to for the tagging. Regular video-conference meetings which CERN collaborators will be held during the project, and short trips to CERN for in-person meetings can also be envisaged.


The last step of the project (application and test at NA62) will be done in collaboration with several members of the NA62 experiment at University of Birmingham (UK), Ecole Fédérale Polytechnique de Lausanne (Switzerland) and in Université Catholique de Louvain (Belgium) who are all actively contributing to the proof-of-principle of the neutrino tagging technique.


Student Profile

We are seeking for a highly motivated student who could consider continuing this work for a PhD thesis. The student should ideally have:

  • basic knowledge of experimental particle physics,
  • skills in applied statistics,
  • previous experience in machine learning techniques using c/c++, matlab or python,
  • oral and written proficiency in English and French.


Application Procedure

The student interested in applying for the internship must provide:

  • CV
  • Motivation letter
  • Grades from M1
  • Available grades from M2
  • Desired internship duration
  • Desired internship starting date (optional)
  • Reference letter or reference contact (optional)

This information should be sent to antoine.roueff@univ-tln.fr and mathieu.perrin-terrin@cern.ch before December 30th. Interviews will be conducted beginning of January.


PhD Perspectives

Beyond this Master Project, the student could then enroll in a PhD thesis in the context of the KM3NeT experiment, the NA62 experiment and the neutrino tagging studies at CERN.


Bibliography

Abe, K., at al. (2018, May). Hyper-Kamiokande Design Report. Hyper-Kamiokande Design Report.

Acciarri, R., at al. (2015). Long-Baseline Neutrino Facility (LBNF) and Deep Underground Neutrino Experiment (DUNE).

Adrian-Martinez, S., at al. (2016). Letter of intent for KM3NeT 2.0. J. Phys., G43, 084001. doi:10.1088/0954-3899/43/8/084001

Branca, A., Brunetti, G., Longhin, A., Martini, M., Pupilli, F., Terranova, F. (2021). A New Generation of Neutrino Cross Section Experiments: Challenges and Opportunities. Symmetry, 13, 1625. doi:10.3390/sym13091625

Cortina Gil, E., at al. (2017). The Beam and detector of the NA62 experiment at CERN. JINST, 12, P05025. doi:10.1088/1748-0221/12/05/P05025

Lai, A. (2018). A System Approach towards Future Trackers at High Luminosity Colliders: the TIMESPOT Project. (pp. 1–3). Sydney: IEEE. doi:10.1109/NSSMIC.2018.8824310

Martino, B. D. (2022, July). Tagged Neutrino Beams. Tagged Neutrino Beams. Zenodo. doi:10.5281/zenodo.6785370

Perrin-Terrin, M. (2022). Neutrino tagging: a new tool for accelerator based neutrino experiments. Eur. Phys. J. C, 82, 465. doi:10.1140/epjc/s10052-022-10397-8

Roueff, A., Arnaubec, A., Dubois-Fernandez, P. C., Refregier, P. (2011). Cramer–Rao Lower Bound Analysis of Vegetation Height Estimation With Random Volume Over Ground Model and Polarimetric SAR Interferometry. IEEE Geoscience and Remote Sensing Letters, 8(6), 1115–1119. doi:10.1109/LGRS.2011.2157891

Roueff, A., Gerin, M., Gratier, P., Levrier, F., Pety, J., Gaudel, M., . . . Sievers, A. (2020, May). C18O, 13CO, and 12CO abundances and excitation temperatures in the Orion B molecular cloud: An analysis of the precision achievable when modeling spectral line within the Local Thermodynamic Equilibrium approximation. AA 645, A26 (2021). doi:10.1051/0004-6361/202037776

Roueff, A., Roux, P., Réfrégier, P. (2009, April). Wave separation in ambient seismic noise using intrinsic coherence and polarization filtering. Signal Processing, 89, 410–421. doi:10.1016/j.sigpro.2008.09.008

Sakharov, A. D. (1967). Violation of CP Invariance, C asymmetry, and baryon asymmetry of the universe. Pisma Zh. Eksp. Teor. Fiz., 5, 32–35. doi:10.1070/PU1991v034n05ABEH002497


Mots clefs :
Astroparticules
Code :
M2-2223-KM-03
Renoir
Contrainte des paramètres de l'énergie sombre ou exploration de la nouvelle cosmologie grâce aux supernovas
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Dominique Fouchez - 04 91 82 76 49 - fouchez@cppm.in2p3.fr
Description :

Vingt ans après la découverte de l'accélération de l'expansion de l'univers par des mesures avec les supernovas, la sonde supernovas reste le moyen le plus précis de mesurer les paramètres de cette période récente de l'histoire de notre univers dominée par ce qu'on appelle l'énergie noire.


Les mesures de précision qui pourront être effectuées par la sonde supernova seront un élément crucial qui, en combinaison avec d'autres sondes (LSS, lentilles faibles, CMB, etc.), apporteront des contraintes fortes sur la nature de l'énergie noire. Cela sera rendu possible par l'ensemble exceptionnel de données sur les supernovas que fournira LSST, avec une combinaison de statistiques énormes et une précision de calibration extrême.


L'observatoire Rubin avec le projet Large Survey of Space and Time (Rubin/LSST) sera mis en service en 2023 et fonctionnera à plein régime mi-2024. Il s'agit d'un télescope de 8,4 mètres doté d'une caméra de 3,2 milliards de pixels, la plus puissante jamais construite.

Ce télescope prendra une photo de la moitié du ciel toutes les trois nuits pendant dix ans. Ce sondage permettra de mesurer des milliards de galaxies avec une grande précision et de suivre la variation dans le temps de tous les objets transitoires. Avec de nombreuses autres études astrophysiques, ce sera une machine très puissante pour déterminer les paramètres cosmologiques à l'aide de nombreuses sondes différentes et, en particulier, elle imposera de fortes contraintes sur la nature de l'énergie noire. Le projet LSST vise à découvrir jusqu'à un demi-million de supernovae. Cette amélioration de deux à trois ordres de grandeur statistique par rapport à l'ensemble des données actuelles permettra de tester précisément les paramètres de l'énergie noire et imposera également de nouvelles contraintes sur l'isotropie de l'univers.


Dans ce stage de Master 2, nous proposons de préparer la première analyse des données de supernova LSST en effectuant une analyse à l'aide du logiciel LSST et de notre méthode d'apprentissage profond pour l'identification des supernova sur les données existantes HSC/Subsaru. En effet, les données HSC ont des caractéristiques très proches de celles que nous attendons avec Rubin/LSST. Le groupe LSST du CPPM est déjà engagé dans des travaux de photométrie de précision pour LSST avec une implication directe dans la validation des algorithmes au sein de DESC/LSST [1][2][3] et a proposé une nouvelle méthode d'apprentissage profond pour améliorer l'identification photométrique des supernovae [4] et les redshifts photométriques [5].


[1] https://www.lsst.org/content/lsst-science-drivers-reference-design-and-anticipated-data-products

[2] https://arxiv.org/abs/1211.0310

[3] https://www.lsst.org/about/dm

[4] https://arxiv.org/abs/1901.01298

[5] https://arxiv.org/abs/1806.06607

[6] https://arxiv.org/abs/1401.4064


Mots clefs :
Cosmologie observationnelle
Code :
M2-2122-RE-01
Mesure du taux de croissance des structures pour tester la relativité générale, grâce aux Supernovae observées par ZTF et LSST.
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Benjamin Racine - racine@cppm.in2p3.fr
Description :

Plus de 20 ans apre?s la de?couverte de l'acce?le?ration de l'expansion de l'Univers, le myste?re quant a? la nature de l'e?nergie noire reste entier. Les donne?es actuelles sont en accord avec le mode?le de concordance ?CDM, compatible avec une constante cosmologique. Cependant il existe des tensions entre les diffe?rentes mesures qui pourraient annoncer des de?couvertes fondamentales en cosmologie. Ainsi l'expansion actuelle H0, mesure?e avec des observations de l'univers proche est plus e?leve?e que celle pre?dite par ?CDM et les donne?es du fond diffus cosmologique avec une incompatibilite? de l'ordre de 5?.


Les supernovae de type 1a (SN1a) sont des chandelles standardisables, i.e. des objets dont la luminosité peut être prédite. En comparant ces luminosités observées avec celle émise, on peut inférer leur distance (D) avec précision. En combinant avec les mesures des redshifts (z) des spectres des galaxies hôtes, redshifts dus à l'expansion de l'univers, on peut construire un diagramme de Hubble (D vs z), ce qui nous permet de mesurer l'accélération de l'expansion. En calibrant ces distances localement avec des céphéides par exemple, on pourra mesurer l'expansion actuelle H0. Par ailleurs, si on suppose connaître notre modèle cosmologique, on peut prédire quel est le redshift pour une distance donnée, ce qui nous permet de mesurer d'autres décalages, comme ceux dûs aux vitesses particulières des SN1a. On peut alors reconstruire les champs de vitesse cosmiques, qui sont dûs à l'effondrement de la matière lors de la formation des structures, dicté par la loi de la gravitation.


Les contraintes que l'on va pouvoir mettre sur le modèle de concordance, ainsi que sur les théories de gravitation modifiée vont e?tre améliorées par la nouvelle ge?ne?ration de releve?s du ciel : Zwicky Transient Facility (ZTF) et le Rubin observatory Legacy Survey of Space and Time (LSST) qui ont la particularite? d'observer des SN1a sur plus de la moitie? de la vou?te ce?leste. ZTF prend des données depuis 2017, et LSST va commencer à l'automne 2024.


Un pipeline a été mis en place au CPPM pour étudier le taux de croissance des structures (fs8) [1,2] en reconstruisant la vitesse particulière des supernovae à partir de simulations réalistes du relevé ZTF.

Pendant le stage de Master M2, l'étudiant-e développera des outils, soit pour adapter ce pipeline à LSST [3], soit pour étudier d'autres aspects, comme l'anisotropie de l'expansion de l'Univers [4,5,6], aussi rendue possible par ces relevés sur une très grande partie du ciel.


Le groupe LSST du CPPM est déjà engagé dans des travaux de photométrie de précision pour LSST avec une implication directe dans la validation des algorithmes au sein de DESC/LSST et a proposé une nouvelle méthode d'apprentissage profond pour améliorer l'identification photométrique des supernovae [4] et des redshifts photométriques [5]. Une thèse est déjà en cours pour développer un pipeline d'analyse pour la mesure du taux de croissance des structures pour ZTF. Le nouveau doctorant travaillera dans ce cadre en améliorant ce pipeline et en l'adaptant à LSST, et pourra aussi préparer une analyse de la mesure d'anisotropie de l'expansion de l'Univers.

Le groupe de cosmologie du CPPM est également impliqué dans les relevés DESI et Euclid et collabore avec des théoriciens pour étudier des modèles cosmologiques alternatifs, de sorte que des extensions du travail des doctorants peuvent être trouvées en combinant les données avec ces autres enquêtes et/ou en testant une nouvelle cosmologie grâce à ces nouvelles mesures de données de supernova.


[1] https://arxiv.org/abs/1609.08247

[2] https://arxiv.org/abs/2001.09095

[3] https://arxiv.org/abs/1211.0310

[4] https://arxiv.org/abs/2205.12692

[5] https://arxiv.org/abs/1808.04597

[6] https://arxiv.org/abs/1912.02191

[7] https://arxiv.org/abs/1806.06607

[8] https://arxiv.org/abs/1401.4064


Mots clefs :
Cosmologie observationnelle
Code :
M2-2223-RE-01
Probing dark energy using cosmic voids
Voir détails Cacher détails
Responsable :
S. Escoffier / P. Vielzeuf - 04 91 82 76 64 - escoffier@cppm.in2p3.fr
Description :

Although the universe is well described by the concordance model ?CDM, the nature of its components, dark matter and dark energy, remains a major puzzle of modern cosmology. While historically most attention has been paid to the overdense regions, the underdense regions account for about 80 per cent of the total volume of the observable Universe and strongly influence the growth of large-scale structure. As voids are nearly devoid of matter, they have proved to be very promising objects for exploring the imprint of possible modifications of General Relativity (GR) such as f(R) gravity or extended gravity theories.


The RENOIR cosmology team at CPPM focuses on the understanding of the history and composition of our Universe, particularly on its dark components. The team is particularly involved in large spectroscopic surveys Dark Energy Spectroscopic Instrument at Mayall, US and the European space mission Euclid, that will provide the observation of 40 million of galaxies, the largest 3D map of the Universe ever made.


A promising way to probe modified gravity models is to constrain the growth of structure of the Universe using information from Redshift Space Distortions around cosmic voids. The aim of the internship is to test and quantify the importance of reconstruction methods which aims to separate peculiar velocity components from the Hubble flow in redshift space, and see the impact on the construction of void catalogs.


This subject can be pursued by a thesis on the extraction of cosmological constraints using Alcock-Paczynski deformation information and RSD information around voids, with DESI data which started its observations in June 2021 for 5 years, and the Euclid mission that will be launched in July 2023.


Mots clefs :
Cosmologie observationnelle
Code :
M2-2223-RE-03
Caractérisation et analyse de la persistance des détecteurs infrarouges du spectrophotomètre NISP pour la mission spatiale Euclid de l'ESA
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Jean Le Graët - 04 91 82 72 90 - legraet@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

Contexte :

La mission Euclid (http://www.euclid-ec.org) est un projet majeur de l'ESA qui lancera en 2023 un télescope spatial dédié à la compréhension de l'Univers et réalisera une cartographie de tout le ciel. D'une précision jamais atteinte auparavant, ces mesures des grandes structures de l'Univers lointain permettront de tester le modèle cosmologique et en particulier de questionner la nature de l'énergie noire. La cartographie sera obtenue grâce au spectrophotomètre NISP et les 16 détecteurs infrarouges de son plan focal dont le CPPM a réalisé la calibration au sol, étape fondamentale pour valider les performances de l'instrument.


Activité principale :

Les détecteurs infrarouges du NISP ont été développés expressément pour la mission Euclid. À la pointe de la technologie, chacun est constitué d'une matrice de 2048 x 2048 pixels. Leur calibration fine a été réalisée au CPPM et a donné lieu à l'enregistrement de 500 To de données à analyser. Ces données montrent clairement la présence de persistance qui vient polluer les données pendant plusieurs heures d'acquisition. Afin d'acquérir une meilleure compréhension du phénomène, l'ingénieur/l'ingénieure-stagiaire cherchera à caractériser la persistance et à comprendre l'influence des paramètres environnementaux sur celle-ci.


Pour ce faire, l'ingénieur/l'ingénieure-stagiaire devra~appliquer les méthodes d'analyse classiques (fit par des fonctions plus ou moins simples) suivant les étapes :

- Implémenter les méthodes choisies en python

- Extraire des grandeurs comme constante de temps et amplitude à partir des données de calibration existantes

- Analyser les corrélations entre la persistance et les données environnementales


Connaissances requises :

- Base solide en programmation en langage python

- Bonnes connaissances en traitement du signal

- Connaissances en physique du semi-conducteur


Mots clefs :
Physique des particules
Code :
M2-2223-RE-02
imXgam
Simulation Monte-Carlo du détecteur TIARA et reconstruction 3D des vertex d'émission de Gamma-Prompts en hadronthérapie
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Yannick Boursier - 0491827641 - boursier@cppm.in2p3.fr
Description :

L'équipe de recherche imXgam conduit des activités de recherche interdisciplinaire pour les applications d'imagerie des rayonnements ionisants dans le champ de la santé et de l'énergie. Elle participe au projet TIARA (Time-of-flight Imaging Array), dont l'objectif est de réduire les incertitudes liées au parcours des protons lors de traitements par protonthérapie grâce au développement d'un détecteur pour l'imagerie par temps-de-vol des rayons gammas prompts (GP) créés lors de l'irradiation.


La précision de la protonthérapie est aujourd'hui limitée par les incertitudes liées au parcours des protons, qui résultent de la composition des tissus du patient, des mouvements physiologiques ou des modifications transitoires de l'anatomie, et qui conduisent à utiliser de marges de sécurité importantes (jusqu'à 1 cm) pour éviter l'irradiation des tissus sains. L'imagerie des GP a pour but de permettre de contrôler en temps réel le traitement de la tumeur [1]. Pour exploiter pleinement son potentiel, un détecteur innovant de contrôle des traitements en temps réel, basé sur une imagerie des GP par temps-de-vol avec une résolution temporelle de 100 ps est proposé [2]. Ce détecteur consiste en un ensemble de convertisseurs Tcherenkov en fluorure de plomb d'environ 1 cm3 chacun entourant le volume irradié lus en coïncidence avec un moniteur de faisceau. Le principe consiste à mesurer précisément (à mieux que 100 ps) la différence de temps entre le temps de passage des protons dans le moniteur faisceau basé sur un détecteur en diamant et le temps d'arrivée des GP dans les convertisseurs Tcherenkov, qui correspond au temps-de-vol du proton entre son passage dans le moniteur faisceau jusqu'à son interaction dans les tissus suivi du temps de vol du GP émis lors de cette interaction jusqu'à sa détection par TIARA. Cette différence de temps, connaissant la position des détecteurs, contraint les coordonnés du point d'émission des GP, ce qui permet une reconstruction 3D du parcours des protons en temps réel avec une précision millimétrique [3].


Un algorithme de reconstruction 3D du parcours des protons en temps réel spécifique au détecteur TIARA et à sa physique a été développé et validé sur données analytiques. L'objectif de ce stage consiste à évaluer les performances de cet algorithme sur des données plus réalistes obtenues par simulation Monte-Carlo. Dans une première partie, il s'agira de modéliser l'expérience TIARA en se basant sur la plateforme de simulation Monte-Carlo GATE et de générer des données correspondant à un benchmark réaliste. Dans un second temps, la robustesse et la précision de l'algorithme de reconstruction 3D déjà développé sera évalué sur ces données Monte-Carlo.

Ces développements utiliseront principalement les langages Python et GATE/Geant4.


Les candidats sont invités à prendre contact avec le responsable du sujet de stage en lui joignant un CV accompagné d'une lettre de motivation et des derniers relevés de notes (celui de l'année précédente ainsi que celui du semestre actuel, si disponible).


[1] J Krimmer et al., Prompt-gamma monitoring in hadrontherapy: A review, Nucl. Instrum. Methods A 878 (2018) 58-73

[2] S. Marcatili et al., Ultra-fast prompt gamma detection in single proton counting regime for range monitoring in particle therapy, Phys. Med. Biol. 65 (2020) 45033

[3] M. Jacquet et al., A time-of-flight-based reconstruction for real-time prompt-gamma imaging in protontherapy, Phys. Med. Biol. 66 (2021) 135003


Mots clefs :
Imagerie médicale
Code :
M2-2223-IM-01
Etiquetage par apprentissage profond de photons Tcherenkov et de scintillation dans un cristal suite à l'interaction photoélectrique d'un photon d'annihilation
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Christian Morel - 04.91.82.76.73 - morel@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

Contexte

L'équipe de recherche imXgam conduit des activités de recherche interdisciplinaire pour les applications d'imagerie des rayonnements ionisants dans le champ de la santé et de l'énergie. Le sujet de stage proposé ici vise à l'amélioration des performances temporelles des détecteurs de rayons gamma dans le contexte de la tomographie par émission de positons (TEP) à temps-de-vol.

La résolution temporelle en coïncidence (CTR) des caméras TEP à temps-de-vol cliniques à l'état de l'art avoisine 210 ps FWHM. Une CTR de 10 ps FWHM permettrait de localiser la position d'une annihilation électron-positon à mieux de 1.5 mm FWHM, rendant possible l'obtention d'une image TEP pratiquement sans inversion tomographique [1]. Une des voies possibles pour améliorer les performances temporelles des détecteurs est d'exploiter le rayonnement Tcherenkov engendré par le mouvement des électrons photoélectriques dans un milieu d'interaction transparent [2]. Si ce milieu transparent est également scintillant, deux types de photons de lumière visible sont alors émis avec des distributions temporelles différentes l'une de l'autre, les premiers pratiquement simultanément par effet Tcherenkov et les seconds légèrement différés par désexcitation d'un centre radiatif à l'origine du phénomène de scintillation [3]. Les photons sont alors susceptibles de subir des réflexions sur les faces du milieu transparent avant d'être collectés par un ou des photo-détecteurs afin d'étiqueter l'interaction photoélectrique avec une heure de détection précise. L'existence de distributions temporelles différentes rend la mesure de la CTR complexe [4].


But du stage

Le but du stage est de déterminer si des techniques d'apprentissage profond peuvent être utilisées pour étiqueter ces deux populations de photons de lumière visible compte tenu de leur heure et de l'endroit de leur détection et, le cas échéant, de dater précisément l'interaction photoélectrique en vue d'améliorer la résolution temporelle de la coïncidence. Le ou la stagiaire constituera des jeux de données Monte Carlo à l'aide du logiciel GATE [5] pour simuler l'interaction de rayons gamma de 511 keV dans un milieu scintillant et exploitera la vérité Monte Carlo pour apprendre la position de l'interaction photoélectrique, le type d'émission (Tcherenkov ou scintillation) et l'heure de l'interaction, puis il ou elle cherchera à réduire tant que faire se peut la dimension de l'espace de phase tout en préservant la précision des observables restitués par apprentissage profond.


Connaissances requises : programmation Python, connaissance des interactions rayonnement-matière, notions d'apprentissage profond (DL)


[1] P. Lecoq, C. Morel et al. Roadmap toward the 10 ps time-of-flight PET challenge, Phys. Med. Biol. 65 (2020) 21RM01

[2] S.K. Kwon et al, Ultrafast timing enables reconstruction-free positron emission imaging, Nat. Photon. (2021) https://doi.org/10.1038/s41566-021-00871-2

[3] D. Yvon et al. Design study of a “scintronic” crystal targeting tens of picoseconds time resolution for gamma ray imaging: the ClearMind detector, J. Instrum. 15 (2020) P07029

[4] J. Nuyts et al. Estimating the relative SNR of individual TOF-PET events for Gaussian and non-Gaussian TOF-kernels, in Proc. Fully-3D'2021, G. Schramm, A. Rezaei, K. Thielemans and J. Nuyts eds, pp. 19-23.

[5] D. Sarrut et al. Advanced Monte Carlo simulations of emission tomography imaging systems with GATE, Phys. Med. Biol. 66 (2021) 10TR03


Mots clefs :
Imagerie médicale
Code :
M2-2122-IM-01
Développement et évaluation d'une méthode de segmentation automatique par apprentissage profond dans le cadre d'une étude in vivo sur l'hépatocarcinome cellulaire
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Yannick Boursier - 04 91 82 76 41 - boursier@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

L'équipe de recherche imXgam conduit des activités de recherche interdisciplinaire pour les applications d'imagerie des rayonnements ionisants dans le champ de la santé et de l'énergie. Le sujet de stage proposé ici vise à améliorer les performances d'un processus de segmentation automatique de tumeurs du foie dans le contexte de la tomodensitométrie (TDM) pour le petit animal.


Contexte

Ce stage s'inscrit dans le cadre du projet DePIcT financé par la Mission pour les Initiatives Transverses et Interdisciplinaires) du CNRS (https://miti.cnrs.fr/projet-multi-quipe/depict/ , https://www.in2p3.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/palmares-des-80prime-2020-4-projets-pilotes-par-lin2p3-decrochent-un-financement). Dans le cadre d'une étude pré-clinique sur l'hépato-carcinome, des suivis longitudinaux in vivo sont réalisés à l'aide du PIXSCAN-FLI, un micro-TDM à comptage de photons (PC-CT) développé au CPPM. Il a été démontré que le comptage de photons garantit de très hauts contrastes sur les images 3D.

De plus, l'acquisition ultra-rapide (100 images par seconde) permet de capturer les mouvements respiratoires de la souris. Cette étude se base sur un protocole d'imagerie établi au CPPM (Cassol et al. 2019), qui consiste à marquer le foie avec des nanoparticules de Baryum, un agent de contraste absorbé par les macrophages du foie. On peut alors observer et caractériser les tumeurs apparaissant en négatif grâce à la radio-opacité de l'agent de contraste entourant les tumeurs. Cette technique permet ainsi de différencier le foie des tumeurs et de pouvoir estimer une série de paramètres importants des tumeurs au cours du temps (taille, forme, etc.)


Objectifs

Le but du stage est d'implanter et d'évaluer les performances d'une méthode de l'état de l'art en apprentissage profond (Deep Learning) en micro-CT pour la segmentation automatique (Léger et al. 2018, Brion et al. 2020). Il s'agit ici de segmenter automatiquement le foie ainsi que les tumeurs du foie. Le ou la stagiaire pourra s'appuyer sur une base de données réelles conséquente pour laquelle la segmentation de tumeurs effectuée par un expert est déjà disponible. Si ces méthodes s'avèrent satisfaisantes, elles seront incorporées dans le pipeline de traitement automatique des données du PIXSCAN-FLI pour être utilisées en routine.

Cette étude pourra inclure une analyse et une correction des mouvements respiratoires de la souris pour améliorer la netteté des images 3D.


Compétences requises : programmation Python, notions d'apprentissage profond. Une connaissance du contexte et de la physique d l'imagerie CT sera appréciée.


Bibliographie

E. Brion et al., Domain adversarial networks and intensity-based data augmentation for male pelvic organ segmentation in cone beam CT in Computers in Biology and Medicine https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:245104

J. Léger et al., Contour Propagation in CT Scans with Convolutional Neural Networks in Advanced Concepts for Intelligent Vision Systems https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal:203221

F. Cassol et al., Tracking dynamics of spontaneous tumours in mice using Photon Counting Computed Tomography, iScience 21 (2019) 68-83 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2589004219303943


Mots clefs :
Imagerie médicale
Code :
M2-2122-IM-03

Stages M1


Atlas
Development of Artificial Intelligence algorithms applied to hardware processing units based on FPGAs for the phase II upgrade of the ATLAS liquid Argon Calorimeter.
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Georges Aad - aad@cern.ch
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

The data acquisition and trigger electronics of the ATLAS liquid argon calorimeter will be fully replaced as part of the second phase of upgrade of the ATLAS detector. The new backend electronics will be based on high-end FPGAs that will compute on-the-fly the energy deposited in the calorimeter before sending it to the trigger and data acquisition systems. New state-of-the-art algorithms, based on neural networks, are being developed to compute the energy and improve its resolution in the harsh conditions of the HL-LHC.


The candidate is expected to take a role in the development of data processing algorithms allowing to efficiently compute the energies deposited in the LAr calorimeters in the high pileup conditions expected at the HL-LHC. These algorithms will be based on AI techniques such as recurrent neural networks will be adapted to fit on hardware processing units based on high-end FPGAs. The successful candidate will be responsible of designing the AI algorithms, using python and keras, and assessing their performance. The candidate will also assess the effect of employing such algorithms for electromagnetic object reconstruction (especially at trigger level). She/he will work closely with the engineers designing the electronic cards at CPPM in order to adapt the AI algorithm to the specifics of FPGAs. Candidates with a strong interest for hardware will be encouraged to take part in the design of the firmware to program the FPGAs.


Prior knowledge of keras, python and C++ is desirable but not mandatory.


Mots clefs :
Physique des particules
Code :
M1-2223-AT-01
Development or Machine Learning Algorithms for ATLAS Data Acquisition
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Lauri Laatu - 0491827640 - laatu@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

Our group is developing machine learning for embedded trigger systems for the ATLAS detector, and as such the developed neural networks need to be optimized for speed and resource consumption on Field Programmable Gate Arrays (FPGAs). The networks are developed using Tensorflow/Keras which is a Python library, but historically C++ has been the language used in particle physics for its speed. While Python has a reputation as a slow language, that is not anymore the case with new methods such as Numba that uses LLVM and Just In Time (JIT) compilation to optimize the performance. The purpose of this internship is to develop methods for fast data processing with Python that would replace and complement the existing parts written in C++ or (slow) Python. This work consists of writing and evaluating Numba as a method to speed up Python used in the data processing and analysis as well as possibility to merge Python with C++, such as pybind11. This internship would also consist of developing neural networks with tools suitable to create more optimized networks that would retain their original accuracy, but be compressed to run fast and consume low resources when running on FPGAs.


The project is done in English. The candidate is expected to have knowledge in Python programming and good communication skills in English. The project length is expected to be 2 to 3 months and can start in spring 2022.


Mots clefs :
Informatique
Code :
M1-2122-AT-01
Communication
Développement d'une application digitale pour présenter les activités du CPPM à un public lycéen.
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Magali Damoiseaux - 04.91.82.72.28 - damoiseaux@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

Le CPPM développe une application permettant de présenter les activités du laboratoire, s'adressant à un public lycéen. Le stagiaire assistant en communication digitale s'intégrera dans l'équipe projet et contribuera à la réalisation de contenus multimédias, avec plusieurs volets : une partie rédactionnelle sur les questions fondamentales, des interviews vidéos présentant les différents corps de métiers, des quizz d'apprentissage de connaissances. La durée du stage est de 3 mois.


Mots clefs :
Physique des particules
Code :
M1-2122-CO-01
KM3NeT
Development of a neutrino filter in the FINK broker
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Damien Dornic - 0491827682 - dornic@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

Time-domain astronomy has received a considerable boost in recent years due to its ability to study extreme physics, to track cataclysmic phenomena like the birth of stellar mass black holes or the mergers of neutron stars, to probe distant

regions of the Universe, and to identify candidate sources for multi-messenger astrophysics. These explosive events can release enormous amounts of energy both in electromagnetic radiation and in non-electromagnetic forms such as neutrinos

and gravitational waves. They lie at the frontier of our understanding of the laws of physics under the most extreme conditions. Multi-messenger astronomy – the observation of astrophysical objects and processes using combinations of different messengers such as electromagnetic radiation, neutrinos, cosmic rays and gravitational waves – has emerged as a major new field in astronomy during the last years.


In CPPM, we are mainly working on the development of multi-messenger analyses with high-energy neutrinos detected with ANTARES and KM3NeT neutrino telescopes. In this context, we are developing a real-time analysis framework that is able to send neutrino alerts and to receive and process a cross-match analysis with high-energy neutrinos. In the next years, the LSST telescope in Chile will be one of the major discover of optical transients. Around a million triggers are expected each night. To account for these large numbers, LSST is developing some brokers to filter the alerts. In France, some colleagues are implementing the FINK broker (https://arxiv.org/abs/2009.10185). Some actual data are available with the ZTF telescope in US.


During this intern ship, the student will implement a filter chain in the broker to identify the most interesting candidates for the neutrino searches. It will filter on the nature of the transient, the number of detections, the light-curve and some cross-matches with astrophysical catalogues.


The analyses will be performed using C++ or python.


Mots clefs :
Astroparticules
Code :
M1-2021-KM-01
Studies of neutrino oscillations with the KM3NeT/ORCA detector
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Chiara Lastoria - lastoria@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

The KM3NeT experiment is a next-generation neutrino telescope, currently under construction in the two sites: ORCA (Oscillation Research with Cosmics in the Abyss) and ARCA (Astroparticle Research with Cosmics in the Abyss).

The ORCA site foresees the installation of 115 detection units (DUs), at 2500m depth in the Mediterranean Sea off Toulon and it is optimized for the atmospheric neutrino detection in the 3-100 GeV energy range, allowing for precision studies of neutrino oscillation parameters. Currently, only partially instrumented, KM3NeT/ORCA has already been operating for several months and it is collecting high-quality data. During this internship, the student will have the opportunity to become familiar with neutrino physics and analyze the KM3NeT/ORCA data collected so far, for studying neutrino oscillation properties. It is expected that the candidate will pursue similar studies in an M2 internship and eventually a Ph.D. in our group.


Mots clefs :
Astroparticules
Code :
M1-2122-KM-01
Renoir
The three-dimensional power spectrum of DESI Lyman-alpha forests from cosmological n-body hydrodynamical simulations
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Julian Bautista, Tyann Dumerchat, Corentin Ravoux - bautista@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

The accelerated expansion of the Universe and the mass of the neutrino species are fundamental problems in physics that can be tackled with cosmological observations. The Dark Energy Spectroscopic Instrument is an ongoing spectroscopic survey mapping the three-dimensional distribution of matter in the Universe through precise redshift measurements. At high-redshifts (2

Mots clefs :
Cosmologie observationnelle
Code :
M1-2223-RE-01
imXgam
Caractérisation de détecteurs embarqués sur le banc mécanique d'expérimentation tomographique tomXgam
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Christian Morel - 0491827673 - morel@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

L'équipe de recherche imXgam conduit des activités de recherche interdisciplinaire pour les applications d'imagerie des rayonnements ionisants dans le champ de la santé et de l'énergie. Elle participe au projet ClearMind dont l'objectif est de développer un détecteur optimisé pour les applications hautement résolues en temps, notamment pour la tomographie par émission de positons (TEP) à temps-de-vol.


La mesure du temps de vol d'une paire de photons d'annihilation, à savoir du temps séparant la détection des deux photons de 511 keV, permet de contraindre l'inversion tomographique dans une plage de rétroprojection déterminée par la précision de la mesure du temps-de-vol, qui est donnée par la résolution temporelle de la coïncidence (CTR en anglais). Sachant que la vitesse de la lumière dans le vide est de 30 cm/ns, une CTR de 10 ps FWHM permettrait de localiser l'annihilation électron-positon avec une précision de 1,5 mm FWHM, ce qui serait suffisant pour obtenir une image de la distribution des points d'annihilation virtuellement sans reconstruction et de limiter ainsi la dose nécessaire pour obtenir une qualité d'image équivalente à celle des caméras TEP clinique. Actuellement, les caméras à l'état de l'art atteignent une CTR de 215 ps FWHM. L'objectif du projet ClearMind est d'améliorer la résolution temporelle des détecteurs en utilisant un cristal scintillant de tungstate de plomb (PWO) utilisé comme fenêtre d'entrée d'un tube photomultiplicateurs à galette de micro-canaux (MCP-PMT en anglais) et de déposer une photocathode directement sur la face interne du cristal de PWO dans le but d'éviter les réflexions totales des photons de scintillation et Tcherenkov sur l'interface PWO/photocathode afin d'améliorer la collection des photons Tcherenkov dont l'émission est pratiquement instantanée lors de l'émission d'un électron photoélectrique dont la vitesse est supérieure à la vitesse de la lumière dans le PWO [1].


Un banc mécanique d'expérimentation tomographique appelé tomXgam a été construit au CPPM sur lequel sont monté les premiers prototypes obtenus dans le cadre du projet ClearMind. L'objectif du stage est de participer à la première campagne de mesure sur tomXgam en vue de confirmer son état de préparation et de caractériser les performances de détecteurs embarqués sur ce dispositif.


Les candidats sont invités à prendre contact avec le responsable du sujet de stage en lui joignant un CV accompagné d'une lettre de motivation et des derniers relevés de notes (celui de l'année précédente ainsi que celui du semestre actuel, si disponible).


[1] D. Yvon et al., Design study of a scintronic crystal targeting tens of picoseconds time resolution for gamma ray imaging: the ClearMind detector, J. Instrum. 15 (2020) P07029


Mots clefs :
Imagerie médicale
Code :
M1-2223-IM-01

Stages Techniques


Réalisation du plan de formation du laboratoire
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Isabelle Richer -Gonzalez - 04 91 82 72 26 - richer@cppm.in2p3.fr
Description :

Le CPPM (CNRS et Aix-Marseille Université) a pour mission d'explorer et d'accroitre ses connaissances dans le domaine de la physique de la matière et de l'Univers.


Le Correspond Formation du CPPM est chargé de recueillir les besoins en formation du personnel afin de les retranscrire dans un document appelé Plan de Formation du L'Unité.


Missions


Le/la stagiaire rejoindra le service administratif du CPPM sous la responsabilité de Madame Isabelle Richer-Gonzalez, Correspondante Formation afin de l'assister dans la réalisation du plan de formation.


Activités principales


Le ou la stagiaire pourra réaliser les missions suivantes :

• Recueil des demandes de formation

• Établissement d'un bilan et de tableaux de bords des actions de formation passées

• Établissement du bilan des actions demandées / actions réalisées

• Aide à la rédaction du plan de formation de l'unité

• Diffusion de l'information et des annonces de formation

• Suivi des dossiers de demandes individuelles


Connaissances appréciées


• Droit de la formation

• Dispositifs de la formation continue

• Bonne maîtrise des outils bureautiques (Excel, Word, Powerpoint…)

• Techniques de présentation écrite et orale


Compétences opérationnelles


• Aptitudes relationnelles

• Capacités de synthèse et d'analyse

• Conception de tableaux de bord


Formations possibles


Ce stage conviendrait par exemple à un étudiant (Bac+1 ou Bac+2) préparant un diplôme en ressources humaines, un BTS ou un DUT Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA) option « Ressources humaines ».

Stage pouvant aller de 4 et 7 semaines entre le 15 mai et 15 juillet 2023.


Contact : CV + lettre de motivation à Isabelle Richer-Gonzalez - Correspondant formation du CPPM

Tél : +33 4 91 82 72 26- Mél : richer@cppm.in2p3.fr


Mots clefs :
----
Code :
Ingenieur-2223----01
Electronique
Implémentation et caractérisation de liens sériels rapides à 10 et 112 Gb/s sur FPGA
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Hachon Frederic - 0491827671 - hachon@cppm.in2p3.fr
Description :

Le Centre de Physique des Particules de Marseille, unité mixte CNRS/Aix-Marseille Université, est un des laboratoires de l'Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3), institut du CNRS qui regroupe les moyens de la physique des particules. Le CPPM travaille notamment pour l'expérience LHCb (http://lhcb-public.web.cern.ch/lhcb-public/), installée sur le LHC, l'accélérateur de particules et collisionneur proton-proton le plus puissant du monde, au CERN à Genève (http://www.cern.ch). Cette expérience s'intéresse à la différence entre matière et anti-matière ainsi qu'à l'extensions du modèle standard de la physique.

Fort de l'expérience acquise lors de la conception et fabrication du système d'acquisition capable de traiter 30Tb/s via 10 000 liens optiques à 5Gb/s en temps réel, le CPPM s'intéresse à la future génération qui devra avoir une puissance de calcul 10 fois supérieure. Pour parvenir à cela, Intel nous confie en avant-première la dernière génération de FPGA Agilex doté de 4 millions d'éléments logiques et de transceiver capables de transmettre jusqu'à 112Gb/s. De tels liens sériels à très haut débit nécessitent notamment la maîtrise d'une nouvelle technique de modulation en amplitude du signal.


Activité principale :

Il s'agit d'œuvrer aux développements firmware en vue de tester l'implémentation de liens sériels à haute vitesse entre 10Gb/s NRZ et 112Gb/s PAM4 sur des kits de développement Intel. Ces développements de firmware et de software de contrôle permettront de préparer les tests sur la carte prototype du futur système d'acquisition actuellement en développement au CPPM. La caractérisation des liens sériels ainsi que l'étude des paramètres d'optimisations par technique de pré-accentuation et égalisation permettront de tester les limites des systèmes en jeu. Le travail proposé pourra être adapté selon les intérêts et les connaissances du ou de la candidat(e).

Le ou la stagiaire sera accueilli(e) au sein du service électronique du CPPM qui possède un savoir-faire étendu dans la programmation des FPGA et en conception de cartes à très haute densité.

Le travail s'effectuera dans un environnement de recherche international. Quelques déplacements au CERN (Genève) seront possibles en vue d'assister à des réunions de collaboration.

Connaissances appréciées :

Les compétences suivantes seront appréciées et une formation sur les outils utilisés sera donnée

• Utilisation d'appareils de mesure~: Oscilloscope, Analyseur de spectre

• Simulations électriques pour l'analyse d'intégrité de signal

• Transmission de signaux rapides

• Conception FPGA en langage VHDL

• Langage Python et éventuellement PyQt


Contact :

CV + lettre de motivation avec la référence « Ingenieur-2223-EL-05 » à

Frédéric HACHON

Ingénieur de Recherche - Correspondant stages techniques du CPPM

Tél : +33 4 91 82 76 71- Mél : hachon@cppm.in2p3.fr


Le stage de 6 mois sera conventionné et rémunéré.


Mots clefs :
Electronique
Code :
Ingenieur-2223-EL-05
Conception d'un circuit amplificateur de charge en CMOS 28 nm pour les futures expériences du CERN
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Hachon Frederic - 0491827671 - hachon@cppm.in2p3.fr
Description :

Le stage se déroule au Centre de Physique des Particules de Marseille (CPPM). C'est est une unité mixte de recherche (UMR 7346) qui relève de l'IN2P3, institut regroupant les activités de physique des particules et de physique nucléaire au sein du CNRS et d'Aix-Marseille Université.

Le CPPM participe depuis plusieurs années au projet à l'expérience ATLAS du CERN à Genève, au sein d'une collaboration internationale de plus 3 000 scientifiques issus de 174 instituts, représentant pas moins de 38 pays.

L'un des grands challenges techniques au niveau de l'expérience ATLAS réside dans l'augmentation du nombre de données à acheminer depuis le détecteur vers les centres de calculateurs et les circuits intégrés spécifiques très haut débit et durcis contre les irradiations sont des éléments essentiels pour la transmission de ces données.

Le CPPM fait partie d'une collaboration R&D du CERN (RD53) pour le développement de la puce électronique de lecture des détecteurs à pixels pour les futures mises à niveau concernant l'ensemble des expériences du LHC. Cette puce a été développée avec le process CMOS 65 nm et comporte 160000 pixels de 50×50 µm2.

La haute luminosité anticipée dans le cadre des futurs upgrades du LHC ou pour les prochaines générations de collisionneurs se manifeste par un très fort taux de hits par unité de surface au niveau des différents détecteurs et particulièrement dans le cas des détecteurs à pixels proches du point d'interaction. Dans ce contexte, une bonne précision spatiale qui passe par la réduction de la taille des pixels s'avère indispensable. L'ajout d'informations temporelles de haute précision à la précision spatiale existante (4D tracking), est une caractéristique intéressante qui pourrait ouvrir la voie à de nouvelles améliorations de la reconstruction des traces.


Activité principale :

Le but du stage est de proposer une architecture de l'étage frontal analogique de détection de charge composé d'un l'amplificateur de charge et d'un discriminateur. L'objectif est d'atteindre une résolution temporelle de 50 ps tout en maintenant une consommation réduite et un niveau de bruit électronique compatible avec les exigences du seuil d'énergie requis dans le détecteur de traces.

Le stage de 6 mois sera organisé en plusieurs étapes :

• Etude du système de détection de traces actuel utilisé pour l'expérience ATLAS

• Etude, conception et optimisation du circuit amplificateur de charge actuel avec le process CMOS 28 nm

• Simulation et optimisation du cricuit sous Cadence Virtuoso

• Dessin des masques sous Cadence


Connaissances requises :

• Bonnes connaissances en conception de circuits analogiques CMOS

• Le développement de bancs de test basés sur des composants programmables de type FPGA est considéré comme un avantage


Contact : CV + lettre de motivation avec la référence « Ingenieur-2223-EL-02 » à

Frédéric HACHON

Ingénieur de Recherche - Correspondant stages techniques du CPPM

Tél : +33 4 91 82 76 71- Mél : hachon@cppm.in2p3.fr


Le stage de 6 mois sera conventionné et rémunéré.


Mots clefs :
Electronique
Code :
Ingenieur-2223-EL-02
Conception du circuit ASIC en technologie CMOS adapté au détecteur pixellisé de l'expérience BelleII
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Hachon Frederic - 0491827671 - hachon@cppm.in2p3.fr
Description :

BelleII est un détecteur polyvalent du collisionneur SuperKEKB au Japon. Il a été conçu et construit afin de tester de nouveaux modèles de physique et rechercher les signatures de nouvelles particules. Le détecteur BelleII est un détecteur de particules qui mesure 7,5 m de long, 7 m de haut. Il est composé principalement d'un détecteur de vertex et d'un calorimètre. En augmentant la luminosité de l'accélérateur de particule SuperKEKB, le sous-ensemble Vertex de BelleII devra aussi évoluer et être mis à jour d'ici 2026.

Une collaboration internationale s'est ainsi structurée afin de réfléchir et concevoir cette jouvence du détecteur.

Au CPPM, un groupe d'une dizaine de physiciens, ingénieurs et techniciens est impliqué dans le projet BelleII et s'intéresse en particulier à l'évolution du détecteur de vertex (VXD), détecteur interne le plus proche du point d'interaction. Ce détecteur de traces (trajectographe) est destiné à suivre le passage des particules dès leur formation.

La brique élémentaire du trajectographe est un circuit intégré spécifique (ASIC) matriciel de plusieurs millions de transistors. Ce circuit opère comme un appareil photo à pixels, qui doit prendre une image de la détection des particules. Plusieurs contraintes de conception sont imposées sur l'électronique, comme la surface, la rapidité, la consommation et la précision. De plus, afin de fonctionner en toute autonomie, le circuit a besoin de fonctions générales, comme un «~bandgap reference~», un capteur de température, un buffer analogique et son ADC, des circuits numériques de décisions et mémoires, ou encore un système de distribution des alimentations ou polarisations des étages. Des étages d'entrée/ sortie à hautes vitesses comme les standards LVDS ou CML seront aussi intégrés.


Activité principale :

Dans un premier temps, le/la stagiaire doit mener une recherche bibliographique détaillée sur le circuit servant de référence au projet (TJ-MONOPIX2) ainsi que sur les détecteurs à pixels monolithiques et sur les fonctions générales. Ensuite, il lui sera proposé d'étudier et concevoir une des fonctions qui soit le mieux adaptée à l'application selon le cahier des charges fourni.


En fonction de l'avancement du projet, le/la stagiaire aidera l'équipe de conception à finaliser le circuit prototype OBELIX, pour une fabrication courant 2023.

• Etude bibliographique sur les architectures de la fonction.

• Conception, simulation sous Cadence

• Dessin des masques (Layout)

• Simulation post-layout

• Des tests sur d'anciens circuits sont à prévoir.


Connaissances requises / apréciées :

• Bonnes connaissances en conception de circuits intégrés en technologie CMOS

• Connaissance dans la manipulation d'instruments de mesure


Contact : CV + lettre de motivation avec la référence « Ingenieur-2223-EL-01 » à

Frédéric HACHON

Ingénieur de Recherche - Correspondant stages techniques du CPPM

Tél : +33 4 91 82 76 71- Mél : hachon@cppm.in2p3.fr


Le stage de 6 mois sera conventionné et rémunéré.


Mots clefs :
Electronique
Code :
Ingenieur-2223-EL-01
Implémentations de circuits neuronaux sur différents FPGAs, évaluation de performances
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Hachon Frederic - 0491827671 - hachon@cppm.in2p3.fr
Description :

Le Centre de Physique des Particules de Marseille, unité mixte CNRS/Aix-MarseilleUniversité, (http://marwww.in2p3.fr) est un des laboratoires de l'Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3), institut du CNRS qui regroupe les moyens de la physique des particules.

Le CPPM travaille notamment sur des systèmes d'acquisition sur le LHC, l'accélérateur de particules et collisionneur proton-proton le plus puissant du monde, au CERN à Genève (http://www.cern.ch).


Le nombre de collisions va dans un avenir proche être multiplié par 10, rendant difficile l'identification des particules générées tant elles seront nombreuses.Une piste possible est d'utiliser des algorithmes neuronaux au plus près du détecteur pour trier et identifier les particules générées ainsi que les phénomènes recherchés.

Le challenge est que le LHC génère 40 millions de collisions par seconde, chacune d'entre elles «~illuminant~» des dizaines, voire des centaines de milliers de capteurs. Il est donc nécessaire d'implémenter ces algorithmes «~au vol~» sur des FPGAs très puissants.L'objet du projet THINK (Testing Hardware Instantiations of Neural Kernels) est d'évaluer la capacités de FPGAs ou de circuits spécialisés tels que des chips neuromorphiques à traiter ce type de données en temps réel.


Activité principale :

L'évaluation consistera à hiérarchiser les performances de différents types de FPGAs ou chips neuromorphiques en implémentant plusieurs benchmarks communs. L'évaluation portera non seulement sur les performances mais aussi sur la qualité des outils de mise en œuvre, notamment leur facilité d'emploi ou leur versatilité.


Deux types de FPGAs relativement différents seront étudiés~:

• Le Stratix NX d'Intel doté d'AI Tensor Blocks répartis dans le FPGA

• Le Versal AI de Xilinx doté d'un processeur scalaire avec accélérateur de fonctions AISi le temps le permet un chip neuromorphique ou un GPU sera également étudié.

Connaissances appréciées :

• Conception FPGA en langage VHDL, HLS

• Langage Python

• TensorFlow, Queras, Pytorch


Contact : CV + lettre de motivation avec la référence « Ingenieur-2223-EL-04 » à

Frédéric HACHON

Ingénieur de Recherche - Correspondant stages techniques du CPPM

Tél : +33 4 91 82 76 71- Mél : hachon@cppm.in2p3.fr


Le stage de 6 mois sera conventionné et rémunéré.


Mots clefs :
Electronique
Code :
Ingenieur-2223-EL-04
Développement et mise au point d'un banc de tests pour la caractérisation de circuits intégrés dans le cadre de l'expérience ATLAS du CERN
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Hachon Frederic - 0491827671 - hachon@cppm.in2p3.fr
Description :

ATLAS («~A Toroidal LHC ApparatuS») est une expérience de physique des particules installée sur le LHC («~Large Hadron Collider~») au CERN («~Centre Européen pour la Recherche Nucléaire~») situé à Genève. Elle a été conçue pour tester de nouveaux modèles de physique et rechercher les signatures de nouvelles particules, telles que le boson de Higgs découverte expérimentalement en 2012.

En prévision d'une jouvence complète du détecteur à pixel de l'expérience, une collaboration internationale, RD53 a été mise en place pour développer le prochain circuit de lecture associé au détecteur en technologie CMOS~65~nm. Le CPPM fait partie de cette collaboration et a en charge plusieurs cellules implantées dans le circuit global comme un ADC de type SAR permettant la numérisation des informations provenant de références de tension, dosimètres, et capteurs de température. Il a également la responsabilité de la conception de mémoires tolérantes au SEU («~Single Event Upset~») et exerce une activité dans le groupe «~Radiation Tolerance~» puisque l'ASIC de lecture devra fonctionner dans un environnement très radioactif, supportant une dose totale de 500~Mrad (5~MGray) pendant 5 ans d'exploitation.


Activité principale :

Plusieurs prototypes de circuits intégrés (CI) ont été conçus en différentes technologies, 65~nm, 28~nm, etc… et testés sur table ainsi qu'en irradiation au CERN. Les tests de ces CI permettent la validation de leur architecture auprès de la collaboration où les résultats sont présentés. Plusieurs bancs de tests de CI prototypes a été développé au CPPM. Cela peut représenter le pilotage d'appareillages de précision (type Keithley) ou encore la gestion d'une électronique embarquée à base d'une carte du commerce nanoPC de type BeagleBone, communicant avec un FPGA (Altera-Cyclone III) via un bus parallèle de type GPMC (General-Purpose Memory Controller). Les séquences de tests sont préalablement implantées dans le FPGA (programmation VHDL), Le contrôle-commande s'effectue au niveau de la carte BeagleBone en C++. D'autres paramètres tels que, la consommation, la température, les niveaux d'alimentation, sont enregistrés via un bus I2C.

Ces éléments sont resuiq pour s'assurer du bon fonctionnement du circuit.

Le stage de 6 mois devra comporter plusieurs étapes~:

• Prise en main du banc de test

• Maitrise, débogage des différentes fonctions du banc de test

• Amélioration et finalisation de l'ensemble, paramétrage intuitif et convivial via une interface utilisateur de type Qt Python.


Connaissances requises :

• Bonnes bases en électronique

• Solides connaissances en programmation LabView, VHDL, C++, Qt Python


Contact : CV + lettre de motivation avec la référence « Ingenieur-2223-EL-03 » à

Frédéric HACHON

Ingénieur de Recherche - Correspondant stages techniques du CPPM

Tél : +33 4 91 82 76 71- Mél : hachon@cppm.in2p3.fr


Le stage de 6 mois sera conventionné et rémunéré.


Mots clefs :
Electronique
Code :
Ingenieur-2223-EL-03
Instrumentation
Caractérisation du détecteur infrarouge hybride ALFA de la caméra CAGIRE pour le suivi au sol des sursauts gamma repérés par le satellite SVOM
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Aurélia Secroun - 0491827215 - secroun@cppm.in2p3.fr
Attention cette offre n'est plus disponible
Description :

Cagire est une caméra sensible dans le proche infrarouge, qui sera placée au foyer du télescope GFT Colibrí installé au Mexique pour faire l'imagerie et la photométrie des régions du ciel où apparaissent des sources transitoires dignes d'intérêt qui seront détectées par l'imageur spatial Eclairs à bord du satellite franco- chinois SVOM. Lorsqu'il reçoit une alerte, l'objectif principal du télescope Colibrí est la recherche rapide d'une contrepartie visible ou proche infrarouge, qui se manifeste comme l'apparition d'une nouvelle étoile, qui peut être identifiée tant par son absence des catalogues d'objets connus que par ses variations rapides de luminosité.


\bf{Activité principale :}

Projet soutenu et financé par le CNES, la caméra Cagire sera équipée du détecteur Alfa, le premier détecteur scientifique bas bruit grand format européen développé par la société Lynred, et premier qui sera mis sur le ciel. Au sein du projet, le CPPM est responsable de la caractérisation des performances scientifiques du détecteur. Cette caractérisation fine sera réalisée dans la salle propre du laboratoire en collaboration avec le laboratoire IRAP, maître d'oeuvre de la caméra et le CEA qui réalise la sélection du meilleur détecteur pour le projet.

Afin de fournir au projet les produits de calibration qui seront utilisés par le pipeline de traitement des données de la caméra CAGIRE, l'ingénieure/l'ingénieur-stagiaire devra :

1) Participer aux tests qui auront lieu au CPPM au premier semestre 2023 incluant

? la prise en main du banc et la participation aux shifts d'acquisition,

? la mise en place de codes de vérification de qualité des données,

? la définition et la mise en œuvre d'un plan de test dédié au phénomène de persistance

2) Adapter des codes d'analyse existants dans l'équipe afin d'extraire les paramètres principaux du détecteur (courant d'obscurité, bruit de lecture, linéarité, gain de conversion etc.)

3) Participer aux réunions de projet pour exposer son travail

Connaissances requises :

• Base technique solide en instrumentation

• Base solide en programmation (langage python)

• Bonnes connaissances en traitement du signal


Contact : CV + lettre de motivation avec la référence « CAGIRE » à Aurélia Secroun, Ingénieure Chercheure

Le stage de 6 mois sera conventionné et rémunéré.


Mots clefs :
Instrumentation
Code :
Ingenieur-2223-IS-01
KM3NeT
Développement d'un outillage pour connectique KM3-Net
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Alain Cosquer - 0491827242 - cosquer@cppm.in2p3.fr
Description :

L'astronomie des neutrinos et activités pluridisciplinaires dans le cadre du projet KM3-NeT / Numerenv. Les télescopes à neutrino ont pour but d'étudier les neutrinos cosmiques de haute énergie avec un réseau de photo-détecteurs installé au fond de la mer.

Pour alimenter ces lignes de détections, des connecteurs hybrides sont utilisées et la connexion est faite par des petits robots sous-marins.

Nous nous inspirons d un outillage de démultiplication utilisé au laboratoire en augmentant la démultiplication.

L'élève travaillera en étroite collaboration avec un ingénieur. Des études en CAO seront confiées ainsi que du suivi de sous traitance .


Mots clefs :
Mécanique
Code :
Ingenieur-2223-KM-01
imXgam
Développement du système de contrôle-commande sans fil et d'acquisition de données de la sonde intracrânienne MAPSSIC
Voir détails Cacher détails
Responsable :
Mathieu Dupont - mdupont@cppm.in2p3.fr
Description :

Le Centre de Physique des Particules de Marseille est une unité mixte de recherche (UMR 7346)dépendante du CNRS et d'Aix-Marseille Université, qui déploie ses activités de recherche à la fois dans le domaine de la physique fondamentale et aussi pour des applications basées sur les rayonnements ionisants.

Les circuits de satiété ou d'addiction sont pilotés dans le cerveau par des boucles de contreréaction négative ou positive utilisant des neurotransmetteurs. Ces circuits peuvent être imagés en tomographie par émission de positons (TEP) grâce au marquage de neurotransmetteurs par des ions radioactifs émetteurs de positons, comme par exemple la cocaïne marquée au 11C.

Cependant, les examens TEP requierent d'anesthésier le sujet, ce qui ne permet pas de rendre compte du comportement réel du cerveau en conditions d'éveil.

Le CPPM participe au projet MAPSSIC, qui consiste à développer une sonde intracrânienne de pixels CMOS pour l'imagerie de positons chez le rat vigile et libre de ses mouvements. La sonde IMIC, qui forme une aiguille de plusieurs centaines de pixels CMOS actifs, a été développée par l'IPHC à Strasbourg pour être implantée de manière permanente dans le cerveau d'un rat qui,muni d'un sac à dos comprenant une pile et un émetteur sans fil relié aux pixels CMOS, permettra de d'imager directement les positons émis lors de la désintégration des noyaux d'un traceur radioactif attachés aux molécules du neurotransmetteur étudié.


Activité principale :

Le (la) stagiaire sera intégré(e) au projet MAPSSIC participera à l'étude du design et à la mise en oeuvre d'une solution sans fil permettant d'assurer le contrôle-commande et la transmission des données recueillies simultanément par 4 sondes IMIC vers un PC d'acquisition.

Cette solution sans fil devra être embarquée dans un sac à dos adapté à la corpulence d'un rat et pouvoir atteindre une autonomie de plusieurs heures correspondant à plusieurs périodes de décroissance du traceur radioactif utilisé pour marquer le neurotransmetteur.


Profil recherché :

• Pratique du langage C/C++

• Programmation systèmes embarqués (µC) en C/C++

• Connaissance de python est un plus


Le stage de 6 mois sera rémunéré.


Mots clefs :
Instrumentation
Code :
Ingenieur-2122-IM-01

Licences


Le CPPM accueille des stagiaires des licences L1, L2 et L3.

Les demandes de stage de licences sont centralisées par William Gillard. Pour postuler, adressez-lui une lettre de motivation, votre CV, votre dernier relevé de notes ainsi que vos coordonnées afin qu’il puisse reprendre contact avec vous. Le dossier administratif sera suivi par Jocelyne Munoz.

Contacts : William Gillard, Jocelyne Munoz

Secondaire


Nous accueillons en stage des élèves du secondaire pendant des périodes définies ci-après. Les demandes devront être motivées mais ne pourront pas être toutes retenues, compte tenu du nombre limité de places.

  • pour les collégiens : une semaine en décembre (précédant les vacances de Noël)

  • pour les lycéens : une semaine en juin (durant la période d'examens du baccalauréat)

Exceptionnellement, pas d'accueil en 2023

Contact : Jocelyne Munoz

TIPE


Depuis 1998, nous accueillons au CPPM des élèves de classes préparatoires aux grandes écoles afin de les aider à effectuer leur TIPE.

La plupart d’entre eux ont obtenu, lors de leur épreuve TIPE, une note supérieure à la moyenne nationale et ont brillamment intégré une grande école.

Contact : Heide Costantini