Immersion sonore cosmique avec le CosmOpéra

Dans le cadre des 80 ans du CNRS https://80ans.cnrs.fr/ et d'un colloque international sur la recherche multidisciplinaire en musique de synthèse -https://cmmr2019.prism.cnrs.fr/), le public pourra découvrir une installation originale, interactive et d'immersion sonore cosmique, intitulée CosmOpéra.

Le CosmOpéra "The Messengers" (Les Messagers) réunit les concepts du Cosmophone http://cosmophone.in2p3.fr/ et de FutureCoast http://futurecoast.org/. FutureCoast a collecté sur le web des messages hypothétiques issus du futur associés au changement climatique, matérialisés sous forme de "chronofacts". Le Cosmophone est une installation immersive de détection et restitution sonore en temps réel des rayons cosmiques ambiants. Le CosmOpéra restitue les "chronofacts" choisis par le public sous la forme d’événements musicaux pilotés par les rayons cosmiques, les Messagers.

Nous invitons le public à découvrir le CosmOpéra et à appréhender également le monde de l'infiniment grand et celui de l'infiniment petit grâce aux explications de Claude Vallée, physicien des particules au CPPM. Des étudiants du master "son" d'Aix-Marseille Université seront également présents. Nous donnons ainsi l'occasion aux enseignants et à leurs élèves de rencontrer "Les Messagers", durant trois après-midis, avec des créneaux possibles de visite sur inscriptions : mardi 15 octobre ou mercredi 16 octobre ou jeudi 17 octobre ; 14h-15h ou 15h-16h ou 16h-17h ou 17h-18h.

Les inscriptions sont assurées par Arnaud Julien du GMEM.

Inscriptions : Arnaud Julien / 04 96 20 60 18

Lieu : GMEM Friche de La Belle de Mai http://gmem.org/pratique/

CosmOpéra
CosmOpéra

Dernière modification: 24 sept. 2019 à 19:39:54

Prix Euclid Star 2019 attribué aux équipes CPPM et IPNL

L'expertise de l'équipe de caractérisation s'appuie sur une première expérience en matière de détecteurs IR dans le cadre de la collaboration SNAP et s'étend au plus haut niveau du projet Euclid. Les membres de l'équipe associent de fortes compétences complémentaires: conception mécanique et thermique du banc, développement de logiciels d'acquisition et de contrôle et d'automatisation de bancs, instrumentation, procédures de test de détecteurs de pixels. Grâce à l'étroite collaboration entre CPPM et IPNL, l'équipe a développé et validé des installations de test dédiées de haute qualité et d'une excellente efficacité de fonctionnement, avec un schéma d'acquisition entièrement automatisé. La caractérisation des 20 détecteurs infrarouges a pris plus d'un an avec 85% d'efficacité, ce qui a permis à l'équipe de créer des données et des modèles de cartes de pixels pour le SGS. Au cours de ces tests, l'accent a été mis sur la collecte de données permettant de contrôler les gains relatifs de pixels, les non-linéarités et la persistance.

NISP Detector team, groupe du CPPM (de gauche à droite): Laurence Caillat, Romain Legras, Jean-Claude Clemens, Aurélia Secroun, William Gillard and Jérôme Royon
NISP Detector team, groupe du CPPM (de gauche à droite): Laurence Caillat, Romain Legras, Jean-Claude Clemens, Aurélia Secroun, William Gillard and Jérôme Royon
NISP Detector team, groupe de Lyon (de gauche à droite): Alain Castera, Gérard Smadja, Anne Ealet, Clement Buton, Sylvain Ferriol, and Bogna Kubik
NISP Detector team, groupe de Lyon (de gauche à droite): Alain Castera, Gérard Smadja, Anne Ealet, Clement Buton, Sylvain Ferriol, and Bogna Kubik

https://www.euclid-ec.org/?page_id=5001#Instrument

Dernière modification: 1 août 2019 à 16:32:34

Nouveaux résultats de LHb concernant la découverte de nouveaux baryons beaux, présentés à la conférence EPS-HEP

Lors de la conférence EPS-HEP en juillet, la collaboration LHCb a annoncé la découverte de deux nouveaux baryons beaux. Ces particules sont interprétées comme des états excités du baryon Λb0, qui est constitué d'un quark beau et d'une paire de quarks légers (u et d). Les nouvelles structures sont observées dans le spectre de masse Λb0π+π- en utilisant l'ensemble des données collectées par LHCb durant les Run1 et Run2, correspondant à une luminosité intégrée de 9 fb-1.

https://arxiv.org/abs/1907.13598

Dernière modification: 1 août 2019 à 16:36:21

Nouveaux résultats d’ATLAS concernant le boson de Higgs, présentés à la conférence EPS-HEP

En utilisant les données complètes du Run II enregistrées par ATLAS entre 2015 et 2018 à une énergie dans le centre de masse de 13 TeV, de nouveaux résultats ont été montrés à la conférence de Physique des Hautes Energies de la Société Européenne de Physique à Gand en Belgique. Ces résultats concernent en particulier les propriétés de boson de Higgs. Ainsi, les mesures de sections efficaces inclusives et différentielles de production du Higgs ont été raffinées dans les canaux de désintégration en 4 leptons http://cdsweb.cern.ch/record/2682107 et en 2 photons http://cdsweb.cern.ch/record/2682800. La section efficace totale combinée est de 55,4 ± 4,3 pb http://cdsweb.cern.ch/record/2682844, en accord avec la prédiction faite dans le cadre du Modèle Standard de la physique des particules (55,6 ± 2,5 pb). Les résultats montrés concernent également le canal de désintégration du boson de Higgs en deux muons http://cdsweb.cern.ch/record/2682155, un processus rare et qui présente l’intérêt de mettre en jeu le couplage du Higgs à un fermion de seconde génération. Pour le moment, pas d’excès significatif n’a été mesuré dans ce canal, et une limite supérieure a été établie sur le produit de la section efficace de production du Higgs et du rapport d’embranchement du Higgs en muons, à 1,7 fois la prédiction du Modèle Standard (à 95% niveau de confiance). Des mesures de précision dans le secteur électrofaible et celui du quark top, ainsi qu’une recherche de production double du boson de Higgs, viennent compléter les nouveaux résultats montrés https://atlas.cern/updates/atlas-news/new-results-eps-2019

http://eps-hep2019.eu/

Dernière modification: 1 août 2019 à 16:22:52

Inauguration de la plateforme pédagogique sur les rayons cosmiques e-Péron au sommet du Pic de Midi

Le 19 juin 2019, le Labex OCEVU, l'Université Toulouse III Paul Sabatier, l'Observatoire Midi-Pyrénées et le CPPM ont inauguré e-PÉRON, la Plateforme Éducative sur les Rayons cosmiques et les muONs. Du lycée à l'université, les étudiants et leurs enseignants auront ainsi accès depuis leurs classes aux données d'une série d'expériences sur les rayons cosmiques installées au Pic du Midi via une plateforme en ligne. Ils pourront jouer les apprentis-chercheurs en redécouvrant par eux-mêmes la nature du rayonnement cosmique.

--> Vous pouvez trouver le communiqué de presse ici

--> Pour plus d'informations :

https://eperon.omp.eu/

https://www.labex-ocevu.univ-amu.fr/

Dernière modification: 1 juil. 2019 à 16:47:07