COVID-19 Le CPPM en accès restreint

Suite aux mesures que le gouvernement nous demande d’appliquer dans le contexte exceptionnel de l’épidémie de coronavirus, le CPPM vous informe qu’il est dès à présent en accès restreint.

Appelés à télétravailler, les personnels du CPPM restent joignables par e-mail.

Nous vous tiendrons informés de l’évolution de la situation.

CoronaVirus
CoronaVirus

Dernière modification: 17 mars 2020 à 15:07:20

Dessine-moi un neutrino... jusqu au 30 juin 2020

La collaboration KM3NeT ainsi que le CNRS et le Laboratoire d'Excellence UnivEarthS organisent le concours de dessin "Dessine-moi un neutrino".

Des participants de France, Géorgie, Grèce, Italie, Maroc, Afrique du Sud et Espagne sont invités à soumettre avant le 30 juin 2020 leur meilleure représentation d'un neutrino.

Les dessins peuvent être réalisés avec n’importe quelle technique ou support (les dessins numériques sont les bienvenus) et seront jugés sur la base de leur originalité, de la créativité manifestée par l’auteur et de l’harmonie avec les propriétés et l’origine des neutrinos.

Trois groupes différents participeront au concours :

  • Les scientifiques en herbe imagineront à quoi ressemble un neutrino électronique ;

  • Les adolescents qui ont déjà été en contact avec la physique sont chargés de dessiner un neutrino muonique ;

  • Les adultes sont invités à s’attaquer au neutrino tauonique.

En plus des concours nationaux organisés dans les pays susmentionnés, un concours international sera organisé. Les dessins sélectionnés feront partie d'une exposition au Musée national archéologique de Naples, en Italie. En plus de recevoir une sélection de cadeaux de KM3NeT, les gagnants auront également la possibilité de donner leur nom à l'un des capteurs déployés en mer Méditerranée. qui participera aux prochaines découvertes faites avec KM3NeT. Un prix spécial 'école' sera attribué par le Laboratoire d'Excellence UnivEarthS.

Au travers de ce concours, la collaboration KM3NeT cherche à familiariser le grand public à la science réalisée avec cette nouvelle installation européenne actuellement en construction à plus de 2 000 mètres de profondeur dans la mer Méditerranée. Alors que l'achèvement du détecteur, dont les sites seront situés au large de Toulon en France et de Capo Passero en Italie, est attendu pour 2025, la collaboration recherche déjà la meilleure illustration des neutrinos à détecter!

Plus d'informations sur le concours, les règles et le neutrino lui-même sont disponibles sur : http://wos.ba.infn.it/index.php/fr/home-fr/

Points de contact pour le concours en France :

Gwenhaël de Wasseige

Paschal Coyle

Véronique van Elewyck

Dessine un neutrino
Dessine un neutrino

Dernière modification: 2 avr. 2020 à 10:37:43

Une nouvelle étape pour le projet KM3NeT français

L'équipe KM3NeT du CPPM a terminé la réalisation de la deuxième boîte de jonction, une des pièces maitresses pour le projet KM3NeT. Elle sera déployée ces prochaines semaines par 2500 mètres de profondeur, à 40 kilomètres au large de Toulon.

Plus d'informations sur le site du CPPM

Plus d'informations sur le site de KM3NeT

La boîte de jonction
La boîte de jonction

Dernière modification: 17 févr. 2020 à 16:49:27

LHCb confirme les anomalies observées dans les transitions neutres b→sll

Le 10 mars, la collaboration LHCb a présenté une mise à jour de l'analyse angulaire de la désintégration B0→K*μ+μ- avec les données collectées en 2016, augmentant ainsi la statistique utilisée d'un facteur 2. La tension entre cette mesure et le Modèle Standard est toujours présente et augmente même légèrement de 3 à 3,3 déviations standards. Cette analyse renforce les anomalies observées depuis 2013 dans les transitions b→sll.

Plus d'informations : site public LHCb du CERN

Illustration : crédit LHCb
Illustration : crédit LHCb

Dernière modification: 15 avr. 2020 à 16:14:13

Production de la puce ITkPixV1 pour le détecteur pixel d'ATLAS auprès du HL-LHC

Le 17 mars 2020, la puce ITkPixV1 a été soumise pour production au fondeur TSMC. D'une surface supérieure à 4 cm², cette puce a été développée avec le process CMOS 65 nm et tolérera une dose ionisante supérieure à 500 Mrad. Elle contient plus d'1/2 milliard de transistors et 153600 pixels de 50 x 50 µm² organisés en 2400 régions de 8 x 8 pixels. Aboutissement d'un travail de près de 8 ans de la collaboration RD53* du CERN, à laquelle l’équipe ATLAS du CPPM est un contributeur majeur depuis sa fondation, c'est la version de pré-production de la puce qui équipera, en plus de 33 000 exemplaires, les 5 couches pixelisées internes du futur trajectographe d'ATLAS post-2026. C'est une étape majeure en vue de l'amélioration du détecteur ATLAS pour la phase de Haute Luminosité du Grand Collisionneur d'Hadrons du CERN qui a maintenant été franchie.

  • RD53 est une collaboration de 24 instituts et de près de 150 membres qui étudie depuis 2012 l'utilisation de technologies CMOS fines pour les améliorations des détecteurs pixels d'ATLAS et de CMS.

Plus d'informations au sujet de la collaboration RD53

Détail de la puce ITkPixV1 soumise pour production au fondeur TSMC le 17 mars 2020 (coin de bas de colonne gauche), crédit Mohsine Menouni, CPPM
Détail de la puce ITkPixV1 soumise pour production au fondeur TSMC le 17 mars 2020 (coin de bas de colonne gauche), crédit Mohsine Menouni, CPPM

Dernière modification: 2 avr. 2020 à 10:20:41

Yannick Boursier, lauréat de l'appel à projet 80Prime du CNRS

Afin de soutenir et renforcer l’interdisciplinarité entre instituts du CNRS, la MITI (1) a lancé l’appel à projet 80|Prime, dans le cadre des 80 ans du CNRS. En 2020, parmi les 80 lauréats, 4 lauréats de l’institut de la physique des deux inifnis, l’IN2P3, ont été sélectionnés dont Yannick Boursier du CPPM avec son projet « Du « deep learning » pour doper l’imagerie X.

Yannick Boursier fait partie de l'équipe imXgam du CPPM : https://www.cppm.in2p3.fr/web/fr/recherche/interdisciplinarite/index.html#imXgam

--> Lire le portrait de Yannick Boursier réalisé par Emmnuel Jullien de la cellule communication de l'IN2P3 : https://in2p3.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/palmares-des-80prime-2020-4-projets-pilotes-par-lin2p3-decrochent-un-financement

(1) Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires http://www.cnrs.fr/mi/spip.php?article1503

Dernière modification: 30 mars 2020 à 16:48:03

Le CPPM donne accès à sa plateforme de calcul haute performance aux spécialistes des coronavirus

Alors que l’épidémie du Covid-19 se propage dans le monde, la recherche se mobilise pour accélérer la production des connaissances sur ce virus, sur la maladie qu'elle provoque ainsi que les moyens de la guérir et de la prévenir. Dans le cadre du projet de mésocentre multimodalités d’Aix-Marseille Université M3AMU - financé par l’Union Européenne, Région Sud, DRRT, CD13, AMU, Amidex, CNRS - et du projet HPCBoost, projets développés en coopération étroite avec le Centre de Calcul Intensif d’Aix Marseille, CCIAM, le CPPM dispose de ressources informatiques versatiles et massives, accessibles à toute la communauté scientifique d’Aix-Marseille Université. Avec le consortium REACTing (1) coordonné par l’Inserm, des équipes scientifiques ont pu mettre en place des projets de recherche, comme celui de l’AFMB, spécialiste de la réplication virale des virus à ARN notamment les coronavirus. Pour répondre à la sollicitation de l’AFMB, qui s’est révélée être une priorité nationale, les informaticiens du CPPM ont préparé l’interface aux moyens de calcul de leur nœud de grille (CPU et stockage) pour permettre à l’organisation virtuelle BIOMED (2) de soumettre différents travaux. Les premiers tests réalisés, le travail pourra démarrer dès que les données seront disponibles. D’ordinaire, l’essentiel des ressources du CPPM sont développées et principalement utilisées pour les expériences du LHC (ATLAS et LHCb) dans le cadre de la collaboration WLCG (Worldwide LHC Computing Grid). Désormais le CPPM apporte sa contribution à l’effort de la recherche pour endiguer l’épidémie du virus. Ces ressources de calcul pourront être aussi mises à disposition pour d’autres projets autour du Covid.

(1) REACTing est un consortium multidisciplinaire rassemblant des équipes et laboratoires d’excellence, afin de préparer et coordonner la recherche pour faire face aux crises sanitaires liées aux maladies infectieuses émergentes.

(2) Une organisation virtuelle est constituée d'équipes spécialisées mises en relations virtuelles afin de réaliser une finalité commune.

Contact : Magali Damoiseaux

salle informatique du CPPM, crédit Camille Moirenc
salle informatique du CPPM, crédit Camille Moirenc

Dernière modification: 1 avr. 2020 à 12:48:11

Premiers résultats de l'expérience de physique des particules Belle II

L’expérience Belle II vient de publier son premier papier (sélectionné comme 'Editors' suggestion de Physics Review Letter) basé sur des données collectées en 2018. Il concerne la recherche d'une nouvelle particule, le boson Z', qui représenterait un portail entre la matière ordinaire et la matière noire. Cette recherche a été le sujet de thèse de Laura Zani qui a récemment rejoint le CPPM pour un post doctorat dans l'équipe Belle II.

Contact : Justine Serrano

Plus d'infos :

Evénement simulé, crédit Belle II et Virginia Tech Department of Physics
Evénement simulé, crédit Belle II et Virginia Tech Department of Physics

Dernière modification: 15 avr. 2020 à 18:44:55

Le logiciel DIRAC rend disponible la puissance de calcul du CPPM à la recherche sur le Covid-19

Au cœur de l’Univers et de la matière, le CPPM (CNRS – AMU) est impliqué dans les très grands équipements indispensables aux recherches d’aujourd’hui, comme par exemples : l’accélérateur de particules LHC, des télescopes terrestres CTA, LSST et sous-marins ANTARES, KM3NeT ou encore l’infrastructure nationale de calcul France Grilles. L’infrastructure de calcul intensif, essentiellement Grille jusqu’à présent, – France-Grilles et Tier 2 de LCG France –, développe une modalité Cloud à destination de l’ensemble de la communauté scientifique d’AMU, grâce à un projet porté par l'AMU en collaboration avec le Centre de Calcul Intensif d’Aix-Marseille (CCIAM) mésocentre HPC d’AMU à travers un financement CPER et FEDER. Le projet consiste en une plateforme mutualisée mais distribuée (Grille et Cloud à Marseille-Luminy) et HPC (à Marseille-Saint Jérôme) pour l’accès de manière unifiée par les utilisateurs d’AMU à travers le logiciel DIRAC. Imaginé au CPPM et développé par les informaticiens du CPPM, au sein de plusieurs projets européens, ce logiciel permet de mettre à disposition de manière multimodale des ressources informatiques. Dans le cadre du projet de modélisation en biologie, HADDOCK (1), les ressources de calcul sont gérées par le service EGI, Initiative de Grille Européenne Workload Manager basé sur le logiciel DIRAC. Le portail permet désormais aux utilisateurs de marquer leurs soumissions comme étant liées à Covid-19, ce qui permet à DIRAC de diriger les « jobs » des utilisateurs vers des ressources fournissant un soutien spécifique à la recherche Covid-19. Plusieurs centres de calcul ont été connectés pour contribuer spécifiquement à ces projets de recherche. En particulier, le site de la grille Tier 2 du CPPM a été configuré pour soutenir ces activités avec une priorité élevée. Comme le montre la figure, au cours de la première semaine de fonctionnement des « jobs » Covid-19, plus de 130 000 « jobs » ont été exécutés, la contribution du CPPM s'élevant à 20000 « jobs » soit environ 18% des besoins du projet HADDOCK.

(1) HADDOCK (High Ambiguity Driven protein-protein DOCKing) est une plateforme intégrative développée à l'université d'Utrecht (Pays-Bas) pour la modélisation des complexes biomoléculaires. HADDOCK peut traiter une large gamme de problèmes de modélisation, notamment les complexes protéine-protéine, protéine-acides nucléiques, protéine-peptide et protéine-ligand (liant). Depuis 2008, HADDOCK est proposé sous la forme d'un portail web, librement accessible aux utilisateurs sans but lucratif, dans le cadre des services WeNMR (Communauté de recherche virtuelle soutenue par EGI). HADDOCK est également un service thématique sur le portail de l'European Open Science Cloud.

Contact : Magali Damoiseaux

Jobs pour la communauté en biologie grâce au logiciel DIRAC
Jobs pour la communauté en biologie grâce au logiciel DIRAC

Dernière modification: 16 avr. 2020 à 16:31:19

Dans les abysses de la Méditerranéee, des détecteurs captent de précieuses particules

Au fond de la Méditerranée par 2500 mètres, au large des côtes provençales, deux instruments observent l’Univers : ANTARES, en fonctionnement depuis 14 ans et KM3NeT, détecteur à neutrinos de seconde génération, conçu grâce au retour d’expérience du détecteur ANTARES. Ces instruments pemettent d'étudier les phénomènes violents de l’Univers, l'origine des rayons cosmiques et la recherche indirecte de la matière noire. Avec le détecteur KM3NeT/ORCA, les scientifiques pourront aussi réaliser d'importants progrès sur les connaissances des propriétés fondamentales des neutrinos. Le CPPM est le laboratoire hôte pour les collaborations ANTARES et KM3NeT-France.

Plus d'informations

Dernière modification: 27 mai 2020 à 11:19:34

La France livre le spectrophotomètre infrarouge NISP pour la mission spatiale européenne Euclid

Après plus de 10 ans de conception, de fabrication et de tests, le spectrophotomètre proche infrarouge NISP (Near InfraRed SpectroPhotometer) a été livré mardi 19 mai 2020 à l’ESA. Deux laboratoires provençaux sont au premier plan de la réalisation de cet instrument exceptionnel à la pointe de la technologie. Il sera installé au coeur du télescope de la mission d’astrophysique européenne Euclid. Doté de la plus grande caméra infrarouge jamais envoyée dans l’espace, NISP va fournir de précieuses informations pour la recherche de la matière noire et de l’énergie sombre. NISP est le fruit d’une coopération internationale, coordonnée par la France, incluant notamment l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, le Danemark et la Norvège, ainsi que les Etats-Unis.

Contacts :

Stéphanie Escoffier, responsable scientifique Euclid au CPPM

Magali Damoiseaux, responsable communication au CPPM

Lire le communiqué dans son intégralité

Lire les contributions du CPPM pour la mission spatiale Euclid de l'équipe Renoir, recherche de l'énergie noire

Dernière modification: 27 mai 2020 à 10:26:44